Selon une étude, les tâches ménagères aident à prévenir la démence

Johanna Amselem
·3 min de lecture
Cleaning with spray detergent, rubber gloves and dish cloth on work surface concept for hygiene

Les chercheurs ont constaté que les personnes âgées qui passaient le plus de temps à réaliser des activités à la maison avaient un plus grand volume cérébral.

Si astiquer son intérieur permet évidemment de garder une habitation propre, cela présenterait également bien d’autres avantages. Une récente étude révèle que réaliser les tâches ménagères peut être bénéfique pour la santé du cerveau chez les personnes âgées.

Les chercheurs ont constaté que les personnes âgées qui consacraient plus de temps aux tâches ménagères avaient une plus grande taille de cerveau, un bon signe de la santé cognitive. "Les scientifiques savent déjà que l'exercice a un impact positif sur le cerveau, mais notre étude est la première à montrer qu'il en va peut-être de même pour les tâches ménagères", a expliqué Noah Koblinsky, auteur principal de l'étude, physiologiste de l'exercice et coordinateur de projet chez Baycrest. Institut de recherche Rotman (RRI). Avant d’ajouter : "Comprendre comment différentes formes d'activité physique contribuent à la santé du cerveau est essentiel pour développer des stratégies visant à réduire le risque de déclin cognitif et de démence chez les personnes âgées". Ces conclusions ont été publiées dans la revue BMX Geriatrics.

VIDÉO - Royaume-Uni : une mère de famille partage sa grève des tâches ménagères sur Twitter et éveille les consciences

Imagerie cérébrale et évaluation cognitive

Lors de cette étude, les chercheurs ont examiné les liens entre les tâches ménagères, le volume cérébral et la cognition dans un groupe de 66 personnes âgées cognitivement saines. Tous ont assisté à trois visites d'évaluation à l'hôpital Baycrest (Canada), y compris une évaluation de la santé, une imagerie cérébrale structurelle et une évaluation cognitive. Les participants ont été interrogés sur le temps qu'ils consacraient aux tâches ménagères comme le rangement, le dépoussiérage, la préparation et le nettoyage des repas, les courses, les gros travaux ménagers, les travaux de jardinage, les réparations à domicile et les soins.

Grâce à ces analyses, les chercheurs ont constaté que les personnes âgées qui passaient plus de temps à réaliser ces activités avaient un plus grand volume cérébral, quelle que soit la quantité d'exercice qu'elles faisaient. Cela a été observé dans l'hippocampe, qui joue un rôle majeur dans la mémoire et l'apprentissage, et le lobe frontal, qui est impliqué dans de nombreux aspects de la cognition.

VIDÉO - Habitat : les avantages de la colocation entre jeunes et seniors

Former de nouvelles connexions neuronales

Comment expliquer cette corrélation ? Les chercheurs avancent plusieurs pistes aux bienfaits pour le cerveau de l'activité physique à la maison. "Premièrement, nous savons que la santé cardiaque est étroitement liée à la santé du cerveau. Il se pourrait que les tâches ménagères aient un effet similaire sur le cœur et les vaisseaux sanguins que les exercices aérobiques de faible intensité", notent les auteurs de cette étude. Et de compléter : "Deuxièmement, la planification et l'organisation impliquées dans les tâches ménagères peuvent favoriser la formation de nouvelles connexions neuronales au fil du temps, même en vieillissant".

Le Dr Nicole Anderson, scientifique et auteur principal de cette étude a précisé : "En plus d'aider à orienter les recommandations d'activité physique pour les adultes plus âgés, ces résultats peuvent également les motiver à être plus actifs, car les tâches ménagères sont un aspect naturel et souvent nécessaire de la vie quotidienne de nombreuses personnes et semblent donc plus réalisables". Les auteurs suggèrent également que ceux qui réalisent le plus de tâches ménagères passent moins de temps à être sédentaires, ce qui s'est avéré être associé à des problèmes de santé, y compris une mauvaise santé cérébrale.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :