Selon Alexis Corbière, Jean-Michel Blanquer «est un sale personnage»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Stephane Lemouton / Bestimage
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Interrogé sur Public Sénat, le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a estimé que l'ex-ministre de l'Education était « un sale personnage ». L’Insoumis a également critiqué Emmanuel Macron et le score de la majorité présidentielle au premier tour des élections législatives.

Invité sur Public Sénat, Alexis Corbière est revenu sur les enjeux de ces élections législatives. Concernant les duels entre un candidat Ensemble et un candidat du Rassemblement national, le député élu au premier tour a rappelé sa ligne : «pas une voix à l’extrême droite». Il a critiqué l’ancien ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer sur ses déclarations après sa défaite dès le premier tour des élections législatives. «Jean-Michel Blanquer a dit clairement que pour lui nous sommes la même chose que l’extrême droite. Cet homme a non seulement été battu dans les urnes et il revient pour dire cela, c’est vraiment un sale personnage Monsieur Blanquer. Il ne s’honore pas »

Alexis Corbière a ensuite rappelé son point de vue sur le bilan d’Emmanuel Macron . «Quand vous avez un million de personnes supplémentaires qui sont passées sous le seuil de pauvreté en 5 ans, et que 5 personnes les plus riches du pays possèdent autant que 40% de la population soit 27 millions de personnes, (…) on peut imaginer autre chose qu’Emmanuel Macron», a-t-il proposé. «Si on suit le propos d’Emmanuel Macron, les extrêmes arrivent, au secours, aucun programme n’est raisonnable à part le sien. Mélenchon va mettre le pays sans dessus dessous, on va bientôt apprendre qu’il mange des petits enfants au petit déjeuner. Tout y passe » a-t-il ironisé.

L’Insoumis a eu la critique facile sur le président de la république, évoquant un chef de l’Etat qui «n’a pas vu venir le coup» concernant la percée de l’alliance à gauche. «Il n’a pas vu venir le coup. Il pensait qu’en faisant profil bas, en nommant la Première ministre le plus tard possible, si tôt qu’elle est nommée on nous explique que les ministres ont un devoir de réserve parce que(...)

Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Jean-Michel Blanquer : "Je suis un professeur, ça me fera plaisir d'enseigner"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles