Selena Gomez souffre des attaques sur son physique et son poids

Invitée dans l’émission «Giving Back Generation» de Raquell Stevens, Selena Gomez s’est confiée sur les souffrances qu’elle avait endurées après les attaques sur son poids. Une situation que n’est pas pour améliorer la fragile santé mentale de la chanteuse et actrice.

Selena Gomez était l’invitée de Raquell Stevens dans le premier épisode du podcast «Giving Back Generation». La jeune femme de 27 ans s’est exprimée à propos de son rôle de modèle pour toute une génération lorsqu’elle jouait dans les programmes de Disney Channel, et a surtout évoqué sa relation avec les réseaux sociaux, qui ont fortement affecté sa santé mentale.

La chanteuse et actrice avait appris en 2013 qu’elle était atteinte d’un lupus, une maladie chronique auto-immune qui s’attaque aux cellules de l’organisme et les détruit. Suite à ce lupus, la jolie brune au visage poupin a dû subir une greffe de rein en 2017, marquant le début d’une période sombre dans sa vie. En décembre 2018, elle avait dû intégrer un hôpital psychiatrique pour combattre la dépression dans laquelle elle avait sombré.

«J’ai expérimenté le body-shaming pour la première fois avec ma fluctuation de poids. J’ai un lupus et je dois gérer des problèmes de rein et une forte pression sanguine, donc je compose avec de nombreux de soucis de santé, et c’est comme ça que j’ai commencé à faire plus attention aux choses touchant l’image qu’on se fait de son corps», a-t-elle déclaré.

Les médicaments sont la cause de sa prise de poids

La productrice de la série «13 Reasons Why» a expliqué que si elle prenait du poids, ce n’était pas directement à cause de son lupus, mais plutôt en raison de son traitement médical : «Ce sont les médicaments que je dois prendre pour le reste de ma vie. J’ai vraiment remarqué que les gens commençaient à m’attaquer pour ça. Mais en fait, c’est juste ma réalité. Mon poids fluctue. Ca dépend de ce qui se passe dans ma vie», a-t-elle poursuivi.

Selena Gomez en juin 2019

(...)
Lire la suite sur Paris Match