Mes seins sont-ils différents depuis que j'ai laissé tomber le soutif ?

Pendant le confinement, comme beaucoup, j'ai dit adieu à mon soutien-gorge, et libéré ma poitrine. Deux mois plus tard, je fais le bilan (physique) de ma décision : mes seins sont-ils différents ? Spoiler : oui, et même plus beaux.

J'ai des petits seins. Plutôt ronds, jadis fermes, aujourd'hui un peu maltraités par ma grossesse. Mais dans l'ensemble, j'en suis satisfaite. Pendant longtemps, niveau lingerie, j'ai évolué par phase : joli modèle, poitrine libre, brassière sans forme. Je ne faisais l'effort de les envelopper dans un sous-vêtement que quand mon t-shirt laissait apparaître le téton. Ou quand je voulais goûter au luxe de porter un ensemble assorti, moi qui suis plutôt abonnée à un dépareillage involontaire et clairement incontrôlé (en pleine pénurie de culottes, j'ai une fois dû emprunter un caleçon à mon frère).

Enceinte, j'ai pris l'habitude d'en porter tous les jours. On n'arrêtait pas de me dire que sinon, "j'en paierais les conséquences". Je ne comprenais pas vraiment ce qui se cachait derrière cette terrible menace, mais je m'exécutais quand même - je n'ai aucune volonté.

Et puis, le confinement est arrivé.

Plus de sorties, plus de réelle raison de s'habiller autrement qu'en pyjama et surtout : plus besoin d'enfermer mes seins dans une paire d'armatures restrictives. Je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de tester une info que j'avais vu passer quelques mois plus tôt : les femmes qui ne mettent pas de soutien-gorge auraient les seins plus fermes, et plus hauts. "Le rêve !", me suis-je exclamée, guidée par des années de diktats intégrés.

Une fois de plus, j'ai succombé à ma passion sans limite pour le journalisme de terrain et je me suis débarrassé des quatre pauvres soutifs en lambeau qui traînaient dans mon tiroir. Laisser tomber l'accessoire me rendra-t-il le maintien de mes (plus) jeunes années ? Une chose est sûre, j'étais prête à tenter le coup.

Avant toute chose, qu'on se le dise, il s'agit d'une des expériences les plus faciles de ma carrière. Déjà, vu mon parcours dans le domaine, je ne passe pas du tout au tout : j'adopte de façon permanente une habitude jusqu'ici pratiquée à (...)

Lire la suite sur le site Terrafemina

Ce contenu peut également vous intéresser :


5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode