Seine-St-Denis: des élus pour "élargir sans attendre" la vaccination au personnel des écoles

·2 min de lecture
Le Premier ministre français Jean Castex (3e à d) s'entretient avec le maire PS de Saint-Denis Mathieu Hanotin (g) et le président PS du département de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel (2e à g) le 2 septembre 2020 à Saint-Denis, au nord de Paris

Le maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin, et le président du département Stéphane Troussel, tous deux socialistes, appellent le Premier ministre Jean Castex à "élargir sans attendre" la vaccination au personnel des écoles pendant les vacances, dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche.

"Utilisons intelligemment ces trois ou quatre semaines de fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées pour vacciner leurs personnels et donner toutes les chances à leur réouverture à partir du 26 avril", écrivent les deux élus, qui demandent "à élargir sans attendre la vaccination en Seine-Saint-Denis".

"Il faut vacciner de façon prioritaire les enseignants" mais "encore faut-il avoir les doses", a aussi plaidé dimanche sur Franceinfo Clémentine Autain, tête de liste de La France insoumise et du Parti communiste pour les régionales en Île-de-France.

"Les dotations de doses pour le Stade de France (qui doit accueillir cette semaine un centre de vaccination) en avril peuvent permettre d’accueillir les professionnels de la petite enfance et des établissements scolaires du département qui souhaitent se faire vacciner", soulignent pour leur part les deux responsables PS.

Après avoir rappelé que le taux d’incidence "est désormais supérieur à 800" dans le département, particulièrement affecté par l'épidémie de Covid-19, ils demandent au gouvernement d'y appliquer sans attendre la "stratégie de vaccination spécifique pour les professions en première ligne annoncée par le président de la République" mercredi soir dans son allocution.

Emmanuel Macron a évoqué une "stratégie spécifique" pour "toutes les professions les plus exposées, en particulier nos enseignants, mais aussi nos forces de l'ordre et plusieurs autres", mais sans donner de calendrier.

"Au-delà des établissements scolaires, nous avons aussi besoin de casser les chaînes de contamination en proposant la vaccination aux habitants qui sont en première ligne depuis le début de la crise", insistent les deux élus.

De son côté, Mme Autain a souligné que jusqu'alors, du fait des prises de rendez-vous via la plateforme en ligne Doctolib, "les habitants de Seine-Saint-Denis n'ont pas été prioritaires" dans leur propre département.

Selon cette élue locale, "la solution n'est pas dans le Stade de France. Ca ne permet de vacciner que 3% de la population de Seine-Saint-Denis. Il faut des vaccinations de proximité".

arz-reb/rhl