Seine-Saint-Denis : une principale tente de mettre fin à ses jours dans son collège

1 / 2

Suicide d'une directrice d'école en Seine-Saint-Denis: le ministère annonce de premières mesures

Elle a déclaré "ne plus supporter l'Éducation nationale".

Moins d'un mois après le suicide d'une directrice d'école maternelle en Seine-Saint-Denis, une principale de collège du même département a tenté de mettre fin à ses jours, déclarant "ne plus supporter l'Éducation nationale", a-t-on appris ce mardi de source policière.

Cette principale de 59 ans d'un collège de Bondy a tenté de se suicider dimanche dans son logement situé au sein de l'établissement qu'elle dirige, a indiqué cette source. Selon ses déclarations à la police, la principale "en veut plus à l'Éducation nationale qu'aux élèves ou aux parents", a-t-on précisé.

Près d'un mois après la mort de Christine Renon

Le 23 septembre, le corps de Christine Renon, 58 ans, avait été retrouvé dans le hall de la maternelle Méhul à Pantin. Deux jours plus tôt, juste avant de se donner la mort, cette enseignante, "solaire" et "hyper-investie" selon ses collègues, avait pris le soin d'écrire une lettre de trois pages où elle détaillait "son épuisement", la solitude des directeurs, l'accumulation de tâches "chronophages", les réformes incessantes et contradictoires.

Son décès a (...)

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi