Seine-Saint-Denis: des photos de policiers affichées sur un immeuble, Darmanin dénonce une "intimidation"

Alexandra Gonzalez, Raphaël Maillochon avec Benjamin Rieth
·2 min de lecture
Des photos de policiers ont été placardés sur un hall d'immeuble à Epinay-sur-Seine. - Capture d'écran BFMTV/Unité SGP Police
Des photos de policiers ont été placardés sur un hall d'immeuble à Epinay-sur-Seine. - Capture d'écran BFMTV/Unité SGP Police

Des photos de policiers ont été découvertes placardées dans un hall d'immeuble à Epinay-sur-Seine, dans la nuit de mercredi à jeudi, a confirmé BFMTV une source policière. Au total, 25 affiches ont été recensées, selon nos informations.

Noms et prénoms marqués

Imprimées sur des feuilles A4 et collées sur les murs d'un immeuble et dans les halls, ces images proviennent de Facebook. Elles montrent deux policiers de la brigade de nuit du commissariat d'Epinay-sur-Seine, ainsi que la femme de l'un d'eux, également policière. Leurs noms et prénoms sont marqués sur les clichés. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Bobigny pour actes d'intimidation et confiée à la Sûreté départementale.

"Au cours d'une patrouille à Épinay-sur-Seine, les policiers locaux ont découvert les photos de leurs collègues affichées aux yeux de tous", a indiqué par ailleurs la préfecture de police sur Twitter réagissant à une intervention du ministre de l'Intérieur.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une plainte va être déposée

Présent à l'Assemblée nationale, pour le vote du projet de loi sécurité globale, Gérald Darmanin a condamné ces actes qu'il considère comme "des menaces clairement établies", déplorant une "intimidation".

"Nous avons découvert comment on peut mettre des photos de policiers, avec leur épouse, sur les devants des halls d'immeuble où on fait du deal pour leur dire 'nous savons qui vous êtes, nous connaissons votre famille'", a déclaré le ministre.

"Je voudrais redire à quel point les policiers et gendarmes sont les enfants de la République et qu'ils doivent être protégés puisqu'ils nous protègent au quotidien", a-t-il poursuivi, se félicitant notamment de l'adoption du controversé article 24 de la loi sécurité globale, qui pénalise la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre.

De son côté, la préfecture a indiqué que le préfet de police et les policiers vont déposer plainte après cette découverte.

Article original publié sur BFMTV.com