Seine-Saint-Denis : les escroqueries au chômage partiel ont déjà coûté des millions à l'État

·1 min de lecture

Une centaine d'enquêtes, des millions d'euros partis en fumée… En Seine-Saint-Denis, les escroqueries aux dispositifs liés à la solidarité pour faire face à l'épidémie de Covid-19 n'ont pas cessé de fleurir, comme le rapporte Le Parisien. Vendredi 2 juillet, une dizaine de personnes étaient jugées au tribunal de Bobigny, soupçonnés d'avoir escroqué entre 12.000 et 300.000 euros, alors que plus de 130 enquêtes serraient en cours concernant ces infractions. Au total, depuis la mise en place des dispositifs d'aides, 3,5 millions d'euros ont déjà été saisis en Seine-Saint-Denis, indiquent nos confrères.

Des affaires somme toute banales de gens qui ont profité du système. Un des individus jugés avoue avoir "agi par gourmandise" pendant quelques mois, ajoutant : "Je sais que ce n'est pas légal ce que j'ai fait." L'homme a donc bénéficié indûment de presque 22.000 euros du fonds créé pour prévenir les cessations d'activités des petits entrepreneurs et des professions libérales. Il écopera de douze mois de prison, dont six avec sursis.

>> A lire aussi - Fraude au chômage partiel : l’énorme escroquerie mise en place par une famille pour détourner des millions

Une lourde peine pour ce particulier, cependant modérée à côté de celle dont a écopé une entreprise du bâtiment ce même vendredi 2 juillet. Lors du premier confinement, elle fait des demandes d'indemnisation de chômage partiel pour 37 de ses salariés, sauf que ceux-ci n'existent pas, selon une enquête de Tracfin. L'entreprise aura (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme des retraites : FO lance un avertissement à Macron
L'appel au "sursaut" vaccinal des patrons de la CFDT et du Medef
Des parents veulent faire changer le nom du célèbre assistant vocal d'Amazon
"Les effets désirables" du vaccin : cette campagne qui enflamme la toile
À Nice, un label pour les commerçants vaccinés ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles