Seine-Saint-Denis : une chienne battue à mort à coups de matraque, son propriétaire placé en hôpital psychiatrique

L'animal a été retrouvé mort par les forces de l'ordre (Photo : Getty Images) (Getty Images)

Si le maître est finalement jugé coupable du meurtre de son animal, il risquera jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.

Une macabre découverte qui a conduit les policiers à arrêter l'occupant du logement. Ce samedi 29 octobre, dans un appartement de Stains, une patrouille de police a découvert le cadavre d'une chienne "qui venait d'être battue à mort", selon une information relayée par Le Parisien.

D'après le quotidien régional, l'animal, une femelle pitbull âgée de deux ans, présentait de nombreuses blessures semblant avoir été infligées par une matraque. Des taches de sang ont été découvertes dans différents recoins du logement et plusieurs matraques ont été retrouvées par les forces de l'ordre.

Placé d'office en hôpital psychiatrique par un médecin

"Seul dans l'appartement" avec sa chienne morte au moment de l'arrivée des policiers, l'occupant du logement a été interpellé dans la foulée. Soupçonné d'avoir sauvagement tué son animal domestique, il a été placé en garde à vue, mais en est sorti très rapidement.

Comme l'explique Le Parisien, le médecin chargé de l'examiner a en effet jugé que l'état psychologique du suspect justifiait "une hospitalisation d’office dans un établissement psychiatrique". Le quotidien francilien précise toutefois que le propriétaire de l'animal décédé pourrait tout de même faire l'objet de poursuites judiciaires "si son état s'améliore". Il risquerait alors "jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende".

VIDÉO - Des militants sauvent plus de 1900 animaux volés en Chine