Seine-Saint-Denis : à 14 ans, il risque de perdre un oeil après son interpellation musclée

Photo d'illustration

Gabriel a été interpellé à Bondy alors qu’il tentait de voler un scooter. Une plainte a été déposé à l’IGPN pour faire la lumière sur l’interpellation violente dont il a été victime.

Une fracture de l’orbite, un énorme hématome à l’oeil, trois dents cassées, un oedème à la joue gauche, 30 jours d’ITT. Gabriel, 14 ans, pourrait même perdre l’usage de son oeil après avoir été interpellé par la police pour une tentative de vol de scooter.

Les faits remontent à la nuit du 25 au 26 mai, à Bondy (Seine-Saint-Denis). Vers 3h du matin, il est repéré avec un ami en train de tenter de voler un deux roues. À l’arrivée d’une patrouille, ils tentent de s’enfuir dans deux directions opposées. L’ami de Gabriel est interpellé dans les règles. Gabriel, lui, est également rattrapé, mais son interpellation ne se déroule pas normalement, rapporte le Bondy Blog.

“Des coups de pied derrière la tête et au visage”

L’adolescent raconte avoir été plaqué au sol par les policiers. L’une des fonctionnaires lui met un genou sur la tête, un autre sur l’épaule pour le maintenir au sol, tandis qu’un autre policier “barbu” se serait approché et lui aurait donné “des coups de pied derrière la tête et au visage”. Sous la violence des coups, Gabriel aurait perdu connaissance. Emmené au commissariat, il est victime d’un malaise et emmené à l’hôpital, la bouche en sang, des dents en moins et le côté gauche du visage tuméfié.

À 4 heures, la mère de l’enfant est prévenue par le commissariat que son fils est en garde à vue pour vol de scooter. Elle doit rappeler le commissariat à 8h. Lorsqu’elle appelle, impossible de parler à son enfant. Il va la rappeler, lui affirme-t-on au commissariat. Mais à 10h, ce sont les urgences pédiatriques de l’hôpital de Bondy qui l’appelle : “Votre fils est dans un état grave” raconte-t-elle au Parisien.

Une plainte à l’IGPN

Choqué, Gabriel “ne mange rien, tout ce qu’il avale, il le vomit”, raconte son frère au Bondy Blog. L’avocat de la famille Thomas Maïer, s’inquiète d’une telle violence : “personne n’a rien contre le fait que la police arrête des gens, c’est évidemment naturel. Ce qui me parait moins naturel, c’est la disproportion entre arrêter et éclater la tête d’un jeune de 14 ans. Mais on a fréquemment des personnes qui ressortent de garde à vue avec la tête au carré”, explique-t-il au Bondy Blog.

Gabriel doit être emmené ce vendredi dans une unité spécialisée en chirurgie maxillo-faciale de l’hôpital Necker à Paris. La famille a déposé plainte à l’IGPN pour “Violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique sur mineur”. La police n’a pas souhaité faire de commentaires, selon Le Parisien.