Seine Musicale, le ton est donné

Libération.fr

Ecologique, minimaliste, éclectique : le nouveau complexe multisalles de l’Ouest parisien, dirigé par Jean-Luc Choplin, servira d’écrin à plusieurs ensembles. Visite inaugurale.

L’île Seguin de Boulogne-Billancourt Hauts-de-Seine) en a rendu chèvre quelques-uns avant que la Seine Musicale ne lui permette de retrouver la boule. Un dôme vert paré d’une voile solaire s’y est récemment dressé, abritant l’auditorium de la Seine Musicale. Le public est invité à en pousser les portes dès ce mardi avec une vague de festivités dont le point d’orgue sera un concert d’inauguration par le nobélisé Bob Dylan le 21 avril.

Après la fermeture du site Renault, l’île en forme de paquebot avait été un terrain de fantasmes délaissés, notoirement celui d’un musée par le milliardaire François Pinault, qui emporta finalement son projet à Venise. Seguin prend sa revanche avec ce nouveau complexe, enjeu culturel de taille pour l’Ouest parisien. Sur un master plan de Jean Nouvel, Shigeru Ban et Jean de Gastines ont imaginé un lieu où les musiques pourraient naviguer constamment, d’une grande salle polyvalente à un auditorium chiadé, de salles de cocktails en salles d’enregistrement.

La Seine Musicale exhibe son ambition écologique avec un toit végétalisé, qui sera aussi un parc ouvert à tous, et avec une imposante voile équipée de panneaux solaires qui fait le poids de deux Airbus. Si la majeure partie des espaces de la Seine Musicale misent sur le minimalisme et les matières brutes, l’auditorium, pensé pour 1 500 têtes, coupe le souffle avec son toit en alvéoles et le bois dominant. Les fauteuils sont des assemblages de rouleaux qui veulent «simuler l’absorption physique du son par le corps humain», nous précise-t-on tandis qu’on s’y enfonce lors de la visite. Le lieu promet une acoustique unique - qu’on ne testera pas avec Bob Dylan, puisque ce dernier jouera sur la Grande Seine - et s’apprête à devenir une ruche tout confort pour musiciens classiques. La Maîtrise des Hauts-de-Seine (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Kendrick Lamar, après lui le déluge
Festival.
Jean-Philippe Viret, dans la veine de Couperin
«A Kingston, le yard est l’antichambre de la création»
La Jamaïque en version auberge espagnole

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages