Seine-et-Marne: un vendeur tué dans un centre commercial, un suspect arrêté

·2 min de lecture
Un homme a été arrêté après avoir poignardé deux vendeurs dans un boutique Bouygues Telecom, tuant l'un d'entre eux

Un homme a été arrêté samedi en début d'après-midi au centre commercial de Claye-Souilly (Seine-et-Marne) après avoir tué à l'arme blanche un vendeur d'une boutique Bouygues Telecom et grièvement blessé un autre, ont rapporté le parquet et des sources policières.

L'une des victimes est décédée et l'autre a été transportée à l'hôpital dans un état grave, a indiqué à l'AFP la procureure de Meaux Laureline Peyrefitte qui devait se rendre sur les lieux.

Selon des sources policières, le suspect de 62 ans s'est présenté à la boutique de téléphonie pour un "différend commercial", demandant "un remboursement qu'il n'a pas obtenu".

Mécontent, il est parti et revenu peu de temps après avec un couteau. Il a alors poignardé les vendeurs "au niveau du cœur". Le vendeur décédé était âgé de 18 ans et le vendeur blessé est lui âgé de 20 ans.

L'individu a ensuite été arrêté par un policier et un agent pénitentiaire, tous deux hors service, aidés d'un client. Tous trois se trouvaient dans le centre commercial au moment des faits qui se sont produits autour de 13H20.

L'agresseur n'est pas connu des services de renseignement. "Il n'y a pas de notion de terrorisme ou de différend antérieur", a précisé une source policière, ajoutant que l'"incident est fini".

Pour les besoins de l'enquête, les forces de l'ordre ont évacué le centre commercial de Claye-Souilly. La préfecture de Seine-et-Marne a appelé sur Twitter à éviter le secteur.

Dans un tweet, Bouygues Telecom a exprimé son "émotion" à la suite de cette "tragique agression". "Rien ne justifiera jamais un tel geste et une telle violence", a ajouté l'opérateur.

sm-amd/ito/or

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles