Seine-et-Marne : fin de la prise d'otage à la prison de Réau

Il y a quelques jours seulement, les syndicats dénonçaient les agressions à l'intérieur de la prison. Un détenu a pris en otage un surveillant, dimanche 6 avril, au centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne), avant de se rendre dans l'après-midi. "Le surveillant pris en otage se porte bien", a précisé un responsable de la prison.

La prise d'otage a commencé vers 10h40, au sein du quartier maison centrale. C'est là que sont accueillis les détenus les plus dangereux de ce centre de détention de dernière génération, ouvert en 2011, explique Le Parisien. Le preneur d'otage est d'ailleurs considéré comme "particulièrement dangereux" par le syndicaliste Ufap Gérald Ferjul, selon lequel il avait déjà fait une première tentative du même type en 2007.

Plusieurs surveillants déjà agressés

Une centaine de surveillants avait bloqué le site à la mi-mars pour dénoncer une série d'agressions et réclamer plus d'effectifs. "Un surveillant a récemment eu un seau d'urine jeté à la figure et un autre s'est fait casser la main", dénonçait un syndicaliste pénitentiaire.

L'année passée, un rapport d'inspection avait dénoncé des pratiques laxistes au sein du quartier maison centrale de l'établissement, révélait alors Le Parisien : le document évoquait notamment des portes de cellules laissées ouvertes, des visites entre détenus ou encore des rapports sexuels autorisés.



Retrouvez cet article sur Francetv info

Un père et sa fille de 5 ans retrouvés morts dans un hôtel de Fréjus
Affaire Le Roux : comment l'un des fils de Maurice Agnelet a rebattu les cartes
Loir-et-Cher : un automobiliste refuse de lui céder une place, il tire sur sa voiture
VIDEO. Adolescente tuée à Lodève : la grand-mère de la victime témoigne
Foire du Trône : il perd un orteil et se blesse gravement dans un manège
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.