Darmanin condamne les tags appelant aux meurtres de policiers

·1 min de lecture
Ces inscriptions, découvertes par une patrouille de police dans la soirée de vendredi, inquiètent en haut lieu les forces de l'ordre.
Ces inscriptions, découvertes par une patrouille de police dans la soirée de vendredi, inquiètent en haut lieu les forces de l'ordre.

Gérald Darmanin a condamné ce dimanche 31 octobre les tags « inacceptables », appelant au meurtre ou au viol de policiers, découverts samedi soir dans un quartier de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). « On peut penser que c?est à cause, ou grâce, aux nombreuses interventions (de la police) et à ce harcèlement des points de deal (?) qu?il y a ces réactions inacceptables », a affirmé le ministre de l?Intérieur, lors d?un déplacement au commissariat de cette commune classée en zone de sécurité prioritaire (ZSP). « Ici, à Savigny cette semaine, (il y a eu) six interpellations, dont une très importante », liées au trafic de stupéfiants, a-t-il ensuite rappelé.

Dans le viseur du ministre de l?Intérieur : de grands murs blancs d?un hall d?immeuble de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), point de deal bien connu de la région, souillés d?un « tableau de prime » macabre, offrant monnaie sonnante et trébuchante à quiconque violentera un policier, comme le relatent nos confrères du Parisien, ce dimanche. Le tag promet 500 000 euros à celui qui « coupe[ra] la tête d?un policier », ou encore 200 euros pour un « jet de boule de pétanque sur la police », « rafaler la police à coups de kalachnikov » ou « rentrer une barre de fer dans l?utérus d?une femme policière » à l?auteur des faits.

Ces inscriptions, découvertes par une patrouille dans la soirée de vendredi, inquiètent en haut lieu les forces de l?ordre qui évoluent au quotidien dans cette commune classée en Zone de séc [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles