Seine-et-Marne : une vague de centaines de lycéens déferle dans les rues de Meaux

Alexandre Arlot, Sophie Bordier, Guénaèle Calant
Meaux, vendredi 7 décembre. Des lycéens renversent des conteneurs d’ordures en pleine rue près du lycée Jean-Vilar

A Meaux et à Dammarie-les-Lys, principalement, des centaines de lycéens sont rassemblées près de leur établissement ce vendredi matin. Les policiers tentent de prévenir de possibles débordements.

Le calme de ce début de matinée de mobilisation de lycéens dans le département n’a pas duré longtemps, ce vendredi matin. Mobilisés depuis une semaine dans une trentaine de lycées de Seine-et-Marne, les jeunes manifestants protestent pêle-mêle contre la réforme du baccalauréat, la plate-forme post-bac Parcoursup et la sélection à l’entrée des universités

A Meaux, un important dispositif policier était en place très tôt aux abords de la gare SNCF, en face du lycée Henri-Moissan sur le parvis duquel plusieurs centaines d’adolescents étaient déjà réunies dans le calme à 8 h 45. Après 9 heures, un cortège désuni s’est dirigé par l’avenue Allende vers le lycée Jean-Vilar, a constaté un reporter du Parisien sur place. Là, des fumigènes et des pétards ont été lancés. Puis dans la confusion, des adolescents ont commencé à renverser et incendier des conteneurs d’ordures dans la rue qui borde le lycée. Ces conteneurs étaient sortis pour le ramassage habituel.

Ensuite, les lycéens ont remonté l’avenue de la Victoire pour se rendre au lycée professionnel Charles-Baudelaire, avenue des Comtes de Champagne. Des lycéens se replient vers l’hypermarché Leclerc. Au passage, la vitrine d’une boulangerie à été caillassée quelques minutes plus tôt.

 

-

A Dammarie-les-Lys, plus de cent lycéens étaient rassemblés en tout début de matinée devant le lycée Joliot-Curie où des incidents ont éclaté jeudi. Face à eux, un dispositif policier était en place. Quand des jeunes ont commencé à incendier des poubelles, les policiers ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène déclenchant des cris et des mouvements précipités du (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Cette vidéo pourrait également vous intéresser :