Seine-Maritime : un hôpital psychiatrique pointé du doigt pour ses conditions d'accueil "indignes"

À l'hôpital psychiatrique du Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime), les patients seraient accueillis de manière indigne et victimes de traitements dégradants. C'est ce que dénonce un rapport-choc d'Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. Elle pointe des "patients parfois laissés nus dans la chambre d'isolement parce qu'ils présentent un risque suicidaire, des adolescents qui seraient victimes de propos et gestes violents de patients adultes", mais aussi "la façon dont les personnes sont enfermées, même les patients qui se sont fait hospitalisés librement, et le fait que les adolescents et préadolescents soient hospitalisés avec les majeurs", précise Adeline Hazan. Peu de moyens et de personnel Selon une infirmière de l'institution, le manque de moyens fait que les malades sont mal soignés. "Il y a une telle charge de travail, avec beaucoup de monde et peu de personnel, qu'on enferme les patients pour ne pas qu'ils s'en aillent", explique Agathe Chopart, déléguée CGT. Le rapport insiste également sur le fait que les médecins doivent changer de méthode et moins recourir à l'enfermement.