« Le secteur du livre a peut-être bénéficié malgré lui de la fermeture des musées et des salles de spectacle »

·2 min de lecture

Quel bilan pour le livre en 2020, quels enjeux pour 2021 ? Entretien avec Régine Hatchondo, présidente du Centre national du livre [CNL], dont la mission est de soutenir l’ensemble de la chaîne du livre et de faire rayonner la création littéraire francophone.

Marianne : Depuis votre position d'acteur et d'observateur du monde du livre, quel bilan pouvez-vous dresser ou du moins esquisser de l’année écoulée ?Régine Hatchondo : Les ventes de livres en France avoisinent les 435 millions d’exemplaires chaque année. Nous n’avons pas encore les chiffres exacts de 2020, et ne pouvons donc pas comparer cette année aux précédentes. Mais fin novembre, on évaluait à « seulement » -8 % la baisse du chiffre d’affaires sur l’année. Et les librairies ne désemplissent pas depuis leur réouverture : le livre était le cadeau de Noël préféré de 80 % des Français ! Les ventes du mois de décembre pourront donc sans doute sinon compenser, du moins rattraper de manière importante ce retard.Le livre et le secteur du livre s’en sortent plutôt bien par rapport à d’autres activités de la culture, le spectacle vivant par exemple. Bien sûr, les librairies ont elles aussi dû fermer à deux reprises cette année, mais les ventes de click’n’collect ont tout de même permis le maintien d’une activité économique. Les Français déclarent qu’ils ont plus lu cette année, notamment pendant les périodes de confinement : l'attachement indéfectible des Français pour la lecture ne s'est pas démenti ! Il est...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Notre oncle à tous" : Fishbach et les BB Brunes se souviennent de Johnny HallydayBB, passion argentineLe blues des deux filles de BB KingBB ou la tentation de l’exil zoologiqueLa «BB cream», crème miracle ou mirage ?