Les secrets des tubes: "Stefania" de Kalush Orchestra

Les membres de Kalush Orchestra, quelques minutes après leur victoire - Marco Bertorello - AFP
Les membres de Kalush Orchestra, quelques minutes après leur victoire - Marco Bertorello - AFP

Au départ, il y a un groupe rap, Kalush. Qui s’adjoint les services de quelques camarades avec des instruments folkloriques. Pour la sélection ukrainienne, à l’Eurovision, ils cherchent parmi leurs chansons une thématique porteuse.

"Nous, on fait des chansons sur des sujets qui nous parlent, des gens qui nous sont proches. On a écrit sur nos copines, sur nos bien-aimées, nos potes. Et ainsi de suite. Alors je me suis dit que je pouvais écrire sur ma maman", explique Oleh Psiuk, le leader du groupe

C’est la naissance de Stefania. Deuxième du concours Ukrainien, finalement repêchée, et choisie pour être le tube qui représente le pays. Deux jours après l’annonce de la selection, la Russie attaque l’Ukraine. Les membres du groupe vont tout faire pour être à Turin trois mois plus tard et chanter leur titre.

"On avait un désir très fort de vaincre"

"On avait un désir très fort de vaincre. Car pour l’Ukraine, aujourd’hui, il est important de l’emporter dans tous les domaines possibles, donc c’était clairement notre objectif."

Sur place, ils répondent à des dizaines d’interviews, remportent les demi-finales, puis la grande finale avec un vote écrasant de la part du public.

"Gagner, c’était vraiment agréable, car ces trois minutes sur scène, c’était l’épilogue de trois mois de préparatifs avec des interviews tous les jours. À ce moment-là, j’ai compris qu’on avait pas fait tout ça en vain, ça en valait vraiment la peine."

La chanson est devenue un hymne pour toutes les mamans d’Ukraine séparées de leur enfant par le conflit. Et aussi une sorte d’hymne européen anti-guerre, qui a résonné dans une quarantaine de pays.

"La force de la musique"

"C’est vrai que la musique a une force incroyable. Quand on écoute un titre en boucle, pendant des semaines, des mois, on se remplit de l’énergie, du message de cette chanson. Ça influe sur notre état d’esprit. Je crois énormément en la force de la musique."

Kalush Orchestra continue aujourd’hui de jouer son titre partout en Europe, et bientôt de l'autre côté de l'Atlantique. Façon de défendre, grâce à la musique, le folklore et l’identité ukrainienne. Un message fort, en plein conflit avec la Russie, exclue, cette année de l’Eurovision.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles