Les secrets d’« Hello World », premier album composé avec une IA

Dans les années 80, il était de tradition pour un développeur d’utiliser « Hello World » comme message de test pour initier un programme. Cet hommage aux débuts de l’informatique est au cœur de l’album de musique Hello World, édité par Idol et qui sort aujourd’hui sur notamment sur Spotify. Une référence qui fait un peu peur lorsque que l’on commence à écouter l’oeuvre, laissant redouter un ensemble électro uniforme et déshumanisé. Le résultat, ce sont 15 titres aux styles différents, même si l’ensemble sonne un peu trop métallique à notre goût. Tout ne nous a pas convaincu mais la démarche vaut carrément le détour. On a, par ailleurs, beaucoup aimé In The house of Poetry de Kyrie Kristmanson et la reprise complètement décalée du morceau classique Cold Song de Purcell.

Stromae séduit

François Pachet, le chercheur à l'origine du logiciel Flow Machines.

A l’origine du logiciel Flow Machines, qui a permis la naissance de cet album, Il y a François Pachet. Ce chercheur mélomane a dirigé le laboratoire Sony Computer Science Laboratory à Paris où nous l’avions rencontré en 2014. Son projet était de développer un programme capable d’imiter n’importe quel style de musique. Soutenu par les subsides de l’Union européenne, il a bouclé sa mission l’été dernier avec l’envie de confronter son logiciel à des artistes. Grâce à l’aide de Benoît Carré, chanteur-compositeur qui a adopté le nom d’artiste Skygge, il a réussi...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages