Les secrets de Bodyguard, l'application qui protège contre le cyberharcèlement (et qui a déjà séduit Bilal Hassani)

Vincent Matalon
L'application a été développée par un Niçois de 23 ans et lancée il y a deux ans. Elle est utilisée par 27 000 personnes, dont des membres de la majorité, qui en font la publicité.

"Je les remercie vraiment énormément parce qu'ils font un travail de filtrage et de modération qui est vraiment super bon – bien meilleur que celui des applications [Twitter, YouTube...] pour l'instant. J'ai plein de trucs bien odieux qui passent à la trappe et ça c'est super cool !" Invité jeudi 10 janvier de l'émission "Quotidien" sur TMC, Bilal Hassani n'a pas tari d'éloges au sujet de Bodyguard, une application qu'il utilise pour "bloquer les haters" sur les réseaux sociaux.


Le jeune homme de 19 ans d'origine marocaine, qui fait alors figure de favori pour représenter la France au concours Eurovision de la chanson, sait de quoi il parle : son homosexualité assumée, ses perruques et son maquillage lui valent d'être victime d'un cyberharcèlement raciste et homophobe particulièrement virulent.

Son créateur vit chez ses parents

Après cette publicité devant près d'1,5 million de téléspectateurs, la notoriété de l'application, qui permet de détecter et traiter les contenus haineux adressés à ses utilisateurs sur Twitter et YouTube, bondit. "De 2 500 utilisateurs il y a un an, nous sommes aujourd'hui passés à 27 000 !", s'enthousiasme le créateur de Bodyguard, Charles Cohen, interrogé par franceinfo. Au téléphone, ce Niçois de 23 ans emploie presque systématiquement la première personne du pluriel pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi