Le secret des ovocytes, capables de rester jeunes des décennies avant de devenir des ovules

STEVE GSCHMEISSNER / SCIENCE PHOTO / SGS / Science Photo Library via AFP

Dès la naissance, les ovaires contiennent un stock d'ovocytes destinés à progressivement devenir des ovules au cours des 40 années que dure la vie reproductive humaine. En attendant leur heure, les ovocytes ont une stratégie unique de "batterie en mode veille".

Avant de devenir un ovule - la cellule reproductrice des femmes notamment - et d’entrer dans le cycle menstruel, les ovocytes restent des années en dormance. A la manière de batteries en mode “économie”, ils font l'impasse sur tout un pan de la machinerie énergétique des cellules typiques, ont découvert une équipe espagnole, du Centro de Regulación Genómica (Barcelone). L’ovocyte évite ainsi l’exposition aux radicaux libres issus de ce type de production énergétique, d’après ces travaux publiés dans .

Les ovocytes, ces cellules qui préservent leur jeunesse des décennies durant

Tapis dans l’ovaire dès la naissance, les ovocytes sont à part. Car tandis que dans le reste de l’organisme les autres cellules s'activent, s’altèrent et meurent avant d’être remplacées, les futurs ovules restent en sommeil des années, parfois des décennies. Ils attendent leur heure, l’ovulation qui les libèrera dans l’utérus avant une potentielle fécondation. “Cela soulève une question fondamentale”, pointe auprès de Sciences et Avenir le chercheur Elvan Böke, qui a dirigé ces travaux. Comment les ovocytes conservent-ils leur jeunesse pendant parfois, chez l’humain, des décennies, tandis que les autres cellules vieillissent et meurent ?

La réponse se situe au niveau des centrales énergétiques des cellules, ces centaines de petites vésicules allongées appelées mitochondries. Classiquement, elles produisent de l’énergie en utilisant cinq protéines fixées au niveau de leur membrane, des “complexes” numérotés de 1 à 5. Dans une sorte de travail à la chaîne, chacun de ces complexes passe une molécule qu'il a transformée au complexe suivant, jusqu’à ce qu’en bout de chaîne le cinquième donne de l’ATP, la source d’énergie de la cellule.

Mais chez l’ovocyte, les chercheurs observent une activité réduite au niveau de ces complexes. Pour en avoir le cœur net, ils se penchent essentiellement sur des ovocytes de grenouilles Xenopus laepis, qui ont la particularité de conserver leurs ovocytes jusqu’à 1[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles