Secret de la confession: Darmanin assure que les prêtres doivent dénoncer les faits de pédocriminalité "à la justice"

·2 min de lecture

"La question du secret de la confession est amendée par le rapport Sauvé", a martelé devant les députés du palais Bourbon celui qui est également ministre des Cultes.

Une semaine après les propos polémiques de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, pour qui le secret de la confession serait au-delà des lois de la République, le ministre de l'Intérieur a répliqué. Ce mardi, Gérald Darmanin a affirmé que les prêtres ayant connaissance de "crimes" contre des "enfants de moins de 15 ans", devaient "porter" ces faits de pédocriminalité "à la justice" et ne pas y opposer le secret de la confession.

Respect commun 

Le ministre de l'Intérieur s'exprimait à l'Assemblée nationale juste après avoir reçu, en qualité de ministre des Cultes, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, une semaine après la publication du rapport Sauvé, qui a mis en lumière les faits d'abus sexuels sur des mineurs dans l'Église depuis les années 1950. 

Revenant sur les propos du Mgr de Moulins-Beaufort, à qui il avait demandé de venir le voir ce mardi pour s'expliquer, le ministre a affirmé lui avoir "redit, comme (il) le dit à chacun des cultes, qu'il n'y a en effet aucune loi qui est supérieure aux lois de l'Assemblée nationale et du Sénat et qu'il n'y a aucune loi au-dessus de celle de la République".

"La République française, a-t-il insisté, respecte tous les cultes (...) respecte toutes les confessions, à partir du moment où elles respectent la République et les lois de la République".

Article original publié sur BFMTV.com

François Devaux - Abus sexuels dans l’Église : "J’avais 10 ans. Je l’ai tout de suite dit à mes parents. Un enfant, à 10 ans, il n’est pas sexualisé, il ne sait pas de quoi on parle. Mais j’ai compris que quelque chose d’anormal se passait" :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles