Un secrétaire d’Etat d’Emmanuel Macron épinglé : ces deux tableaux qui créent la polémique

Le site Médiapart sort l'artillerie lourde ces derniers jours. Une semaine après avoir dévoilé la supposée face cachée de Laetitia Avia, le média en ligne vient de mettre en lumière un oubli fâcheux de la part d'un secrétaire d'Etat d'Emmanuel Macron, qui n'a pas déclaré deux tableaux car il en "ignorait la valeur".

Olivier Dussopt, 41 ans, ancien socialiste (qui avait failli en venir aux mains avec Emmanuel Macron) et actuel secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes Publics, a en effet été épinglé ce mercredi 20 mai pour avoir accepté en cadeaux de la part de la Saur (une société de service des eaux) en 2017 deux lithographies signées Gérard Garouste. Le problème repose sur le fait que, d'une part, un contrat était sur le point d'être conclu entre l'entreprise de gestion de l'eau et Annonay, la ville d'Olivier Dusspot située en Ardèche dont il est le maire et le député, et d'autre part, qu'il n'a pas déclaré ces cadeaux à la déontologue de l'Assemblée Nationale.

Des tableaux d'une valeur de 2 000 euros

Cette affaire qui remonte à janvier 2017 - soit dix mois avant l'entrée d'Olivier Dussopt au gouvernement - a aussitôt intrigué Médiapart qui a déclaré dans son enquête que ces œuvres étaient estimées à "un peu plus de deux mille euros", mais aussi : "Seulement quelques jours avant de se voir offrir les lithographies de Garouste, Olivier Dussopt a annoncé publiquement en tant que maire d'Annonay un partenariat industriel avec... la Saur pour l'installation d'une

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Pascal Obispo photographe : il shoote sa femme Julie et son fils Sean, le résultat est bluffant
Le roi de Thaïlande en survêtement pour son anniversaire de mariage : la photo qui suscite les moqueries
“C’est un scoop” : Jean-Marie Bigard révèle ses échanges avec Emmanuel Macron
“Il faut qu’il renverse la table !”, Nicolas Sarkozy conseille en coulisses Emmanuel Macron
Jacques Legros (13h de TF1) : ses contacts avec Jean-Pierre Pernaut se limitent au strict minimum