Un secouriste de Californie porte plainte pour avoir dû travailler sous un drapeau LGBT+

Un secouriste de plage de Californie qui avait refusé de travailler sur un poste où était hissé un drapeau des fiertés LGBT+, a lancé des poursuites contre ses employeurs pour discrimination religieuse (HECTOR MATA)
Un secouriste de plage de Californie qui avait refusé de travailler sur un poste où était hissé un drapeau des fiertés LGBT+, a lancé des poursuites contre ses employeurs pour discrimination religieuse (HECTOR MATA)

Un secouriste de plage de Californie qui avait refusé de travailler sur un poste où était hissé un drapeau des fiertés LGBT+, a lancé des poursuites contre ses employeurs pour discrimination religieuse.

Jeffrey Little, employé du comté de Los Angeles pendant plus de deux décennies et de confession chrétienne évangélique, a porté plainte devant un tribunal fédéral le 24 mai, affirmant que le drapeau représentait des valeurs non conformes à ses croyances.

"Les opinions communément associées (au drapeau LGBT+) sur le mariage, le sexe et la famille, sont en conflit direct avec les croyances religieuses réelles et sincères du capitaine Little", affirme la plainte.

Des responsables du comté de Los Angeles ont adopté l'an dernier une mesure pour que le drapeau en question (qui inclut également des portions représentant les personnes de couleur, transgenres, et non-binaires) flotte sur les bâtiments publics durant le mois de juin, mois traditionnel des fiertés LGBT+, y compris sur des postes de secours sur les plages.

Jeffrey Little avait déclaré à sa hiérarchie l'an dernier qu'il souhaitait être exempt de cette exigence de faire flotter ce drapeau, et la plainte affirme que ses supérieurs l'avait affecté à des plages où il n'était pas possible que le drapeau soit hissé.

Mais une fois arrivé sur place, le secouriste a constaté que trois bâtiments à proximité faisaient flotter la bannière en question.

Il a décidé ensuite de descendre les trois drapeaux, suscitant une réponse de son supérieur qui lui a donné l'ordre direct de s'assurer que les drapeaux flotteraient bien tout au long du mois des fiertés.

Les poursuites réclament des dommages non-spécifiés pour détresse émotionnelle et demandent au tribunal d'ordonner au comté de Los Angeles de conférer une exception à Jeffrey Little afin qu'il n'ait pas à hisser le drapeau.

Le secouriste est défendu par des avocats de la Thomas More Society, un groupe de juristes conservateurs dont le site web revendique plusieurs poursuites pour remettre en question les droits à l'avortement et au mariage homosexuel.

hg/rle/eml