Seconde Guerre mondiale : le résistant Daniel Cordier s'est éteint à l'âge de 100 ans

C'était l'une de ses dernières apparitions publiques : en juin 2018, Daniel Cordier a été élevé au grade de Grand-Croix de la Légion d'honneur. Avec sa disparition vendredi 20 novembre, alors qu'il était âgé de 100 ans, c'est une page de l'Histoire de France qui se tourne. "C'est une partie oculaire de l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale qui disparaît ; c'est émouvant parce qu'il fait partie de l'ordre des Compagnons de la Libération", estime Grégoire Thonnat, auteur de livres d'histoire. "J'ai voulu me battre" En juin 1940, Daniel Cordier a tout juste 20 ans. Scandalisé par la capitulation française face à l'Allemagne nazie, il embarque pour rejoindre le général de Gaulle à Londres. "Pétain avait trahi, j'ai voulu me battre, parce que j'ai voulu que la France gagne", avait-il confié à France Télévisions en mai 2018. Après la guerre, Daniel Cordier débute une carrière de marchand d'art et galeriste. C'est Jean Moulin qui l'avait initié à la peinture.