Seconde Guerre mondiale : l’amitié entre un rescapé de la Shoah et un fils de nazi

Ces deux enfants de la Seconde Guerre mondiale sont devenus inséparables. L’histoire qu’ils racontent aux jeunes générations quand ils se rendent dans les établissements scolaires en Belgique, c’est celle de leur amitié improbable : Simon Gronowski est juif, rescapé de la Shoah, tandis que Koenraad Tinel a grandi dans une famille nazie, rongé par la culpabilité. De leurs enfances traumatisées par la guerre, chacun a écrit un livre, et, il y a huit ans, un étudiant a eu l’idée de les faire se rencontrer. "La haine est inutile" Simon a perdu toute sa famille pendant la guerre, mais c’est un message de paix qu’il vient délivrer aux plus jeunes. "La haine ne ramène pas la personne disparue et elle est inutile", témoigne t-il. Aujourd’hui, les deux hommes sont inséparables. "Simon, c’est mon frère", raconte Koenraad, ému. À 86 et 88 ans, ils retrouvent enfin la fraternité qui leur a tant manqué.