Second tour de la présidentielle: un conseil des ministres mercredi prochain quel que soit le vainqueur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

PRÉSIDENTIELLE - C’est une question qu’on était en droit de se poser. Si ce dimanche 24 avril, Marine Le Pen est élue présidente de la République, le conseil des ministres hebdomadaire du mercredi se tiendra-t-il comme prévu, avec tout le gouvernement du président Macron? C’est le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui a eu la primeur de la réponse ce mercredi 20 avril.

Il a, pour cela, déroulé le calendrier des prochains jours. “Les résultats officiels devraient être proclamés courant de la semaine prochaine, probablement mercredi ou jeudi” avant de préciser à toutes fins utiles que “le mandat du président de la République prend ensuite fin le 14 mai au plus tard.” La cérémonie d’investiture se tiendra donc entre la proclamation des résultats officiels et le 14 mai “quel que soit le vainqueur”.

“Ce n’était donc pas le dernier conseil des ministres de ce gouvernement et un conseil des ministres se tiendra la semaine prochaine”, a indiqué le ministre. De la même manière, c’est quoiqu’il arrive Emmanuel Macron qui présidera la cérémonie d’hommage à Michel Bouquet qui se tiendra mercredi 27 avril aux Invalides.

Avec cette réponse, et donnant rendez-vous à la semaine prochaine, Gabriel Attal laisse entendre aussi que le gouvernement n’aura pas démissionné d’ici là. Jean Castex a fait savoir qu’il quittera rapidement ses fonctions en cas de réélection d’Emmanuel Macron. En 2002, dernier exemple en date, Lionel Jospin avait démissionné le lendemain de la victoire de Jacques Chirac. Celui-ci avait nommé Jean-Pierre Raffarin le même jour.

Alors que les sondages ont indiqué un resserrement des courbes d’intention de vote de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron, les dernières études d’opinion montrent que l’écart n’est plus aussi faible que lors des premiers jours suivant le premier tour de l’élection présidentielle. Notre compilateur de sondages montre au 20 avril un écart de 11 points entre les deux candidats, Marine Le Pen et Emmanuel Macron réunissant respectivement 44,5% et 55,5 % d’intentions de vote.

À voir également sur Le HuffPost:Débat de l’entre-deux-tours: Ces moments que Marine Le Pen ne veut pas revivre

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles