Sebastian Vettel, le pilote de Formule 1 “écolo”, prend sa retraite

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Photo ATTILA KISBENEDEK/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En se créant un compte Instagram, jeudi 28 juillet, Sebastian Vettel avait déjà attiré l’attention des suiveurs de Formule 1. Qu’est-ce que le très taciturne pilote, connu pour son aversion envers les médias, allait-il bien pouvoir faire sur le réseau de partage de photos et de vidéos ? La réponse n’a pas été longue à venir. Dans une vidéo, le quadruple champion du monde (2010, 2011, 2012, 2013) a annoncé prendre sa retraite à l’issue de la saison en cours.

“Mes objectifs ont changé, il ne s’agit plus pour moi de gagner des courses et de devenir champion du monde, mais de voir mes enfants grandir et de leur transmettre mes valeurs. De les aider quand ils trébuchent, de les écouter quand ils en ont besoin, de ne pas toujours devoir leur dire ‘à plus tard’, et surtout je veux apprendre d’eux et me laisser inspirer par eux.”

Une décision mûrie depuis plusieurs mois, selon le quotidien Die Zeit, qui souligne le poids des convictions écologistes de l’actuel pilote de l’écurie Aston Martin. Son engagement, de plus en plus croissant, en faveur du climat et son mécontentement face aux évolutions de la Formule 1 qui, selon lui, vont beaucoup trop lentement dans ce sens, ont sans doute accéléré le processus.

Contradictions

Alors qu’on le voyait régulièrement ramasser les bouteilles en plastique dans le paddock ou dans les tribunes vidées de leurs spectateurs, le pilote était lucide sur la réalité de son métier, qui entrait en conflit frontal avec ses convictions. “Il y a des questions que je me pose désormais chaque jour. Je ne suis pas un saint. L’automobile est ma passion. Mais quand je descends de voiture, je me demande parfois si c’est une bonne chose : est-ce que nous devrions vraiment voyager dans le monde entier et dilapider ses ressources ?” s’interrogeait-il le 13 mai 2022, lors d’un échange organisé par la BBC.

Sebastian Vettel avait renoncé à prendre l’avion lorsqu’il devait se déplacer en Europe, privilégiant la voiture électrique ou le train pour se rendre sur le lieu des différents Grand Prix. L’annonce de la retraite de l’Allemand a provoqué beaucoup de réactions chez les passionnés de Formule 1, tandis que Die Zeit rend hommage à un pilote différend des autres dans sa manière d’aborder son sport.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles