Sea Bubble Un bateau qui fait mouche

Libération.fr

Les petits navires qui volent sur l’eau inventés par Alain Thébault et Anders Bringdal pourraient venir s’ajouter à l’offre des nouvelles mobilités douces. La capitale les soutient mais la réglementation est ardue.

D’ici un an, on pourra glisser au-dessus de la surface de l’eau à bord d’une sorte de… de quoi ? D’un Sea Bubble. C’est-à-dire d’un engin hybride, mi-auto mi-bateau ailé, capable de survoler un plan d’eau avec une poignée de passagers à bord. Les premiers modèles seront commercialisés courant 2018 et pourraient devenir le prototype d’un taxi avant-gardiste… et propre. Ce concept unique a été imaginé par un navigateur, Alain Thébault. Le genre d’homme apte à barrer l’Hydroptère, un trimaran de 7,5 tonnes capable de décoller à six mètres au-dessus des vagues. Aujourd’hui, il change de cap. Avec son associé, le Suédois Anders Bringdal, recordman du monde de vitesse en windsurf, il entend développer un mode alternatif de mobilité sur les voies navigables.

Depuis fin mars, dans la baie de La Ciotat (Bouches-du-Rhône), le prototype effectue ses tout premiers tests. Sans l’habitacle, il ressemble pour le moment à une grande barque bricolée. Mais ce qui rend l’engin unique, ce sont les deux foils fixés d’un bord à l’autre, sous la coque. Ces «ailes» conjuguée à la poussée des hélices créent le phénomène de portance hydrodynamique. L’eau étant plus dense que l’air, elle peut porter le poids d’une «voiture» à une moindre vitesse.

Propulsion électrique

Une fois installé au volant, il suffit de pousser les manettes pour avoir la nette sensation de s’élever en douceur à 50 centimètres au-dessus de l’eau dès que la vitesse atteint 6 nœuds, soit environ 11 km/h, affranchi du frottement de l’eau, les seuls foils griffant la surface, on atteint facilement 14 nœuds. On gîte un peu dans les virages, comme dans un avion. La houle qui se lève en cette fin d’après-midi passe sous la coque sans provoquer de tangage. Aucune éclaboussure. Conçu pour survoler les plans d’eau calme, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le contrôle se renforce sur les plateformes de location de logements
Sites de voyages : le prix devra s’afficher d’emblée
Pourquoi le PDG de TF1 a-t-il décidé de «renoncer à une partie de son salaire» ?
Radio France et France Télévisions devraient mieux encadrer l’intermittence
Devra-t-on cesser de les appeler Vélib  (et que vont devenir les vélos) ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages