"SDF et détenus tout juste libérés, avec des pathologies chroniques, sont livrés à leur sort": la semaine de Jonathan, interne à la Pitié-Salpêtrière

*

MARIANNE FAIT PARLER LES (VRAIS) "PREMIERS DE CORDÉE"

Marianne lance une série de témoignages de "premiers de cordée", ces Français au front pendant le confinement. Caissière, policier, infirmière, urgentiste, postier, agriculteur, livreur, surveillant pénitentiaire, gendarme, maire, médecin généraliste, pharmacien... Ils continuent à travailler, au service de la population. Chaque semaine, vous retrouverez un épisode sur la vie de chacune des douze personnalités que nous suivons.

Prénom du premier de cordée : Jonathan

Age : 24 ans

Profession : Interne en médecine générale

Lieu de travail : Urgences de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Distance entre travail et foyer : 5 kilomètres

Personnes dans le foyer : 3

Quatrième semaine du journal de bord de Jonathan, notre interne "premier de cordée" au service des urgences de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans le treizième arrondissement de Paris.

La semaine de Jonathan

"Une semaine de plus, le retour des patients habituels des urgences. Des douleurs abdominales, des traumatismes en tombant dans les escaliers, du sang dans les selles, des maintiens à domicile difficiles, des arythmies ou autres problèmes cardiaques. Intellectuellement, c’est plus diversifié pour nous d’avoir d’autres pathologies que juste mettre de l’oxygène à des patients coronavirus en espérant qu’ils passent le cap. Avec une date théorique de déconfinement, et des arrivées qui commencent à se normaliser aux urgences, on espère pouvoir bientôt voir la lumière au bout du tunnel.

Lire la suite