Scrutin proportionnel: Bayrou poursuit l'offensive et écrit à Macron

Jules Pecnard avec AFP
·2 min de lecture
François Bayrou et Emmanuel Macron à Aix-la-Chapelle, le 10 mai 2019. - Ludovic MARIN / AFP
François Bayrou et Emmanuel Macron à Aix-la-Chapelle, le 10 mai 2019. - Ludovic MARIN / AFP

Il entend mener le combat aussi loin que possible. François Bayrou a annoncé à l'Agence France-Presse avoir envoyé ce jeudi une lettre à Emmanuel Macron pour réclamer l'instauration de la proportionnelle pour les élections législatives de 2022. L'initiative, qui défend "une représentation juste et pluraliste" pour "un changement de culture politique", doit être reprise par plusieurs responsables politiques de tous bords.

"Le but que nous nous fixons est de faire apparaître qu'il y a dans la démocratie française une majorité de forces politiques et de responsables politiques qui pensent qu'une loi électorale juste est désormais nécessaire", a expliqué le président du MoDem et haut commissaire au Plan.

"Brutalité" du scrutin majoritaire

Dans son courrier au chef de l'État que l'AFP s'est procuré, et dont L'Obs avait révélé l'existence la veille, le leader centriste, proche d'Emmanuel Macron et principal allié durant la campagne présidentielle de 2017, fustige "la brutalité" de l'actuel scrutin majoritaire. Il "freine" selon lui "la fonction de contrôle et empêche de fait tout dialogue utile entre les sensibilités politiques".

"Or nous avons plus que jamais besoin, non seulement d'une représentation juste et pluraliste, mais aussi d'un changement de culture politique qui permette, entre les différents courants politiques, chaque fois que possible, dialogue et coresponsabilité", fait valoir le candidat malheureux aux présidentielles de 2002, 2007 et 2012.

Plusieurs lettres à venir

L'offensive du maire de Pau doit être prolongée dans les prochains jours par l'envoi de courriers au chef de l'État allant dans le même sens par des responsables et mouvements politiques. Selon des sources concordantes, l'UDI, Europe Écologie-Les Verts, le Rassemblement national, plusieurs présidents de groupes parlementaires ainsi que des élus socialistes, dont le maire de Dijon, François Rebsamen, s'apprêtent à envoyer une missive.

"Quand il apparaîtra que ceux qui appellent à ce changement représentent et ont représenté une majorité de Français, alors le président de la République va nécessairement tenir compte de ce mouvement démocratique" et de "ce fait politique majeur", veut croire François Bayrou, selon qui "c'est une question à laquelle le chef de l'Etat réfléchit depuis longtemps".

L'instauration d'une dose de proportionnelle figurait parmi les promesses de campagne du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017.

Article original publié sur BFMTV.com