Ce scorpion fossile est le plus ancien jamais découvert

Une nouvelle espèce de scorpion préhistorique datant du début Silurien, il y a environ 437,5 à 436,5 millions d'années, est décrite dans une étude publiée . Baptisé Parioscorpio venator, c’est sans doute le scorpion le plus ancien connu à ce jour. 

Deux spécimens du scorpion préhistorique retrouvés

Les fossiles de scorpions sont relativement rares et particulièrement ceux datant de cette lointaine époque qu’est le Silurien. Pourtant ces animaux sont importants pour comprendre la transition de la vie marine vers la vie terrestre : ils sont parmi les premiers à s’être aventurés sur Terre. Mais quand et comment se sont produits les adaptations nécessaires à ce franchissement ? La réponse n’est pas encore tout à fait claire... 

L’étude de Parioscorpio venator pourrait apporter quelques réponses. Il est connu par deux spécimens découverts dans le Wisconsin, aux Etats-Unis. Les deux fossiles sont bien conservés et certaines de leurs structures internes ont même été préservées. Andrew Wendruff, de l’Université Otterbein, a analysé les fossiles et identifié des traces des systèmes circulatoires, respiratoires et digestifs. 

P. venator présente aussi comme ses lointains descendants une queue qui se termine par un dard. En revanche, il possède certaines caractéristiques primitives présentes chez d'autres organismes marins précoces, tels que de gros yeux composés. 

L'un des spécimens avec sa reconstitution à partir d'images au scanner. Crédit : Andrew Wendruff/ Science Reports


Un scorpion à tête de limule

Les structures internes de ces deux scorpions ancestraux sont étrangement similaires à celles des scorpions et des limules modernes. “Cela signifie deux choses. Premièrement, il est certain que ces scorpions étaient capables de respirer de l’air et donc qu’ils pouvaient se promener sur la terre ferme” explique Andrew Wendruff. Mais le doute subsiste sur leur aptitude à vivre entièrement sur Terre : les chercheurs n’ont pas réussi à identifier entièrement [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi