Sclérose en plaques et Covid-19 : inquiétudes autour de certains traitements

·1 min de lecture

Certains traitements contre la sclérose en plaques, les anti-CD20, semblent annuler la protection des vaccins contre le Covid-19 et augmentent le risque de faire une forme grave, s'alarment des spécialistes de la sclérose en plaques avant la journée mondiale de cette maladie, dimanche.

"Les patients traités avec cette classe de traitements sont à la fois plus exposés aux formes graves de Covid et risquent de moins bien répondre à la vaccination", explique à l'AFP le neurologue Jean Pelletier, de la Fondation Arsep (Aide à la recherche sur la sclérose en plaques).

Selon lui, "autour de 20%" des patients atteints de sclérose en plaques (SEP) prennent ce type de traitements, soit dès le début de leur maladie, soit parce que les autres n'ont pas fonctionné. On estime que plus de 2,8 millions de personnes sont touchées par cette maladie auto-immune dans le monde (110.000 en France).

Les deux médicaments concernés sont le rituximab et l'ocrelizumab. Administrés "sous la forme de perfusions tous les six mois", ils sont "extrêmement efficaces dans le traitement de fond de la sclérose en plaques", selon le Pr Pelletier. Mais du point de vue du Covid, c'est en revanche la double peine.

EN DIRECT - Coronavirus : suivez l’évolution de la situation samedi 29 mai

"Des cas particuliers"

D'une part, le risque accru de faire des formes graves de Covid a été mis en évidence ces derniers mois par plusieurs études, française, italienne et américaine, selon le neurologue. D'autre part, plus r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles