Des scientifiques retracent l’origine des grandes fosses de l’astéroïde Vesta

·2 min de lecture

Situé dans la ceinture principale d’astéroïdes entre Mars et Jupiter, Vesta est le deuxième plus gros astéroïde du système solaire. Des scientifiques de l’Université de Géorgie se sont concentrés sur deux gigantesques fosses qui creusent sa surface, dont l’origine se révèle différente de ce que les chercheurs pensaient.

Découvert il y a plus de deux siècles, est le deuxième plus gros astéroïde du système solaire, avec ses 530 kilomètres de diamètre. Situé dans la entre Mars et Jupiter, il s’est formé il y a quatre milliards d’années de la même manière qu’une planète : en accrétant suffisamment de matière par gravitation. Mais sa croissance a été stoppée par celle de Jupiter, dont la masse gigantesque a pris le dessus et l’a empêché de devenir un véritable corps planétaire. Vesta s’est ainsi arrêté au stade de , devenant ainsi un planétésimal.

De 2007 à 2018, la sonde a été envoyée pour scruter Vesta, mais aussi , une planète naine désignée plus gros astéroïde du système solaire. Tous deux présents dans la ceinture principale, ils ont ainsi été cartographiés grâce à de nombreux survols par la sonde spatiale. Ainsi, à la surface de Vesta, de nombreux cratères ont été identifiés, nommés et caractérisés. Les deux principaux se nomment Rheasilvia et Veneneia, de gigantesques bassins d’impacts situés au pôle Sud de Vesta, et dont le diamètre atteint 500 et 400 kilomètres.

Autour d’eux se situent de longues fosses, appelées "creux", ou "dépressions", nommées Divalia et Saturnalia, dont l’origine a été tout d’abord associée à celle de leurs cratères adjacents. Mais une nouvelle étude menée par une équipe de l’Université de Géorgie et publiée dans le numéro de septembre 2021 de la revue suggère un tout autre scénario.

Vesta, une planète inachevée

De par sa structure interne similaire à celle de la Terre, et sa très grande taille pour un astéroïde, Vesta est considérée comme un planétésimal : un résidu de planète. En effet, l’astéroïde dispose des mêmes couches internes que notre planète, à savoir une croûte, plus en surface, puis un manteau, et enfin un noyau métallique. Cependant, sa forme non sphérique et sa masse trop faible l’empêchent de rentrer dans la catégorie des planètes, ou même des planètes naines.

"Vesta était également en passe de devenir une planète semblable à la Terre, m[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles