Des scientifiques ont une idée sur ce qui a déclenché la révolution industrielle

Alors que les historiens pensaient jusqu'à maintenant que la transition vers le charbon était liée au fait qu'il n'y avait pas assez de moulins à eau au XIXe siècle, une nouvelle étude de la Société géologique d'Amérique explique que c'est en fait le manque d'eau qui aurait poussé à l'usage intensif du charbon. C'est justement cette transition de l'énergie hydraulique vers le charbon qui a marqué les débuts de la révolution industrielle du XIXe siècle au Royaume-Uni, non seulement en Europe, mais aussi ensuite aux États-Unis, puis au Japon. Avant l'utilisation du combo vapeur-charbon, les moulins à eau étaient à la base du fonctionnement des usines des sociétés préindustrielles. La révolution industrielle du XVIIIe siècle s'est basée sur l'utilisation du charbon pour alimenter les machines à vapeur. C'est justement grâce à ce procédé qu'ont pu se développer les bateaux à vapeur, ou encore les chemins de fer, dans les années 1810-1840.

Des périodes de sécheresse ont mis en difficulté des industries

Comme très souvent dans l'Histoire, la météo a joué un grand rôle dans les périodes de changements majeurs qui ont affecté le développement de l'Humanité. Les relevés historiques de l'époque en matière de précipitations suggèrent que le point de départ de cette transition serait en fait lié au déficit d'eau, causé par plusieurs périodes de sécheresse. L'industrie du textile, en pleine expansion, nécessitait beaucoup d'eau, et cette ressource n'était plus assez suffisante pour couvrir les besoins en énergie. Mais ce n'est que très récemment que les historiens ont commencé à se pencher sur ce paramètre décisif, qui a également influencé la Révolution française. Les chercheurs de la Société géologique ont étudié la période de 1770 à 1890 et ont simulé sur ordinateur les infrastructures de l'époque, tout comme la demande en énergie.

Au niveau météo, aucun relevé officiel n'existait, mais certains organismes collectaient déjà des observations de températures et de...

> Lire la suite sur Futura