Des scientifiques dévoilent la première photo d'un trou noir supermassif au cœur de la Voie lactée

Trois ans après la première photo d’un trou noir en 2019 qui trône sur la galaxie de la Vierge, la collaboration internationale EHT a dévoilé, jeudi 12 mai, des résultats présentés comme « révolutionnaires » : l’image d’un trou noir tout près de la Galaxie où se situe la Terre, la Voie lactée.

« La voilà. C'est une grande, non, une énorme, fierté pour tous, pour toute notre équipe internationale. Ils ont travaillé si dur pour obtenir ce résultat » déclare Anton Zensus, directeur de l'Institut Max Planck avec une pointe d'émotion dans la voix. Derrière lui, sur l'écran, le fruit du travail de son équipe de 300 chercheurs du monde entier. La première photo de Sagittarius A*, le trou noir du centre de notre galaxie.

Il trône tel un gargantua au centre de la Voie lactée, dans la constellation du Sagittaire, d'où il tire son nom d'ailleurs : Sagittarius A*, un trou noir supermassif qui vient d’être dévoilé par le réseau international de télescopes terrestres EHT. Toute notre Galaxie tourne autour de lui, qui est 4 millions de fois plus lourd que notre Soleil, sur 6 millions de kilomètres de diamètre. Soit un monstre, que l’on voit pour la première fois.

Étant donné qu'un trou noir n'émet pas de lumière – mais au contraire, il l'avale –, il est extrêmement rare de pouvoir observer son environnement immédiat et voir sa frontière, au-delà de laquelle plus rien ne ressort jamais, soit « l'horizon des événements », comme on l'appelle. D’où le nom du réseau international EHT (« Event Horizon Telescope » en anglais).

L’EHT avait réussi, en avril 2019, à prendre un cliché de M87* au centre de la galaxie de la Vierge, qui a été pendant deux ans la seule et unique photo d'un trou noir.

La « silhouette » du trou noir se découpant sur un disque lumineux de matière rappelle celle du trou noir de la lointaine galaxie M87, qui est beaucoup plus importante que la nôtre. Les scientifiques y voient la preuve que les mêmes mécanismes de la physique sont à l'œuvre au cœur de deux systèmes de taille très différente.

Sgr A*, une découverte révolutionnaire, mais un poids plume parmi les trous noirs

Les trous noirs sont réputés être stellaires quand ils ont la masse de quelques soleils ; ou supermassifs, quand ils ont une masse de plusieurs millions, voire milliards de soleils. Avec ses quatre millions de masses solaires, Sagittarius A* (Sgr A*) est lui un poids plume dans le bestiaire des trous noirs supermassifs. M87*, lui, à six milliards de masses solaires dans sa galaxie, située à 55 millions d'années-lumière.

Se trouvant à 27 000 années-lumière de la Terre, l'existence de Sgr A* a été supposée depuis 1974, avec la détection d'une source radio inhabituelle au centre de la galaxie.

Les scientifiques ont déployé le grand jeu pour cette annonce, avec des conférences de presse organisées simultanément dans sept villes autour du monde.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles