Les scientifiques créent la peinture la plus blanche au monde

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·1 min de lecture

Une peinture blanche récemment développée par les chercheurs promet de réduire nos factures de climatisation. Voici son secret. © Universté de Purdue

Renvoyer les rayons du Soleil

Grâce à cette nouvelle technologie nous pourrions maintenir une surface (un mur ou un toit, une route ou une voiture par exemple) à une température 7,7 °C inférieure à celle de l'environnement ambiant. D'après le communiqué de presse de l'université, cette peinture serait capable de remplacer nos systèmes actuels de climatisation en reflétant la quasi-totalité des rayons. « Cela semble très contre-intuitif qu'une surface en plein soleil puisse être plus fraîche que la température signalée par la météo locale pour cette région, mais nous avons démontré que c'était possible », déclare Xiulin Ruan, professeur de génie mécanique, et auteur principal de l'étude, parue dans la revue Cell Reports Physical Science.

Cette peinture n'aurait pas simplement un impact positif sur l'environnement en réduisant nos besoins énergétiques. Nos routes en bitume et nos bâtiments de béton sont responsables de l'absorption d'une quantité énorme de chaleur. En renvoyant les rayons calorifiques du Soleil dans l'espace, cette nouvelle invention évite de contribuer plus encore au réchauffement climatique et permet de concevoir des infrastructures plus écoresponsables à l'avenir. « Nous ne déplaçons pas la chaleur depuis la surface de la planète vers l'atmosphère. Nous la rejetons tout bonnement dans l'espace, qui est un puits de chaleur sans fond », commente Xiangyu Li, chercheur postdoctoral au MIT et membre de l'équipe de Ruan.

La peinture développée par Ruan et ses collègues se révèle notablement plus froide sous le regard scrutateur d'une caméra infrarouge. © Purdue University, Joseph Peoples
La peinture développée par Ruan et ses collègues se révèle notablement plus froide sous le regard scrutateur d'une caméra infrarouge. © Purdue University, Joseph Peoples

Une solution déjà commercialisable

Contrairement aux peintures « anti-chaleur » commercialisées actuellement, qui ne réfléchissent que 80 à 90 % du rayonnement et ne peuvent produire des surfaces plus froides que leur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura