Des scientifiques créent une "colle cellulaire" pour régénérer les tissus

NIH / IMAGE POINT FR / BSIP VIA AFP

Des chercheurs américains ont créé une "colle cellulaire". Celle-ci prend la forme d’une molécule synthétique inspirée de celles impliquées dans l’adhésion cellulaire. Elle permet d’outrepasser certaines limites naturelles comme l’arrêt de la régénération des cellules neuronales à l’âge adulte.

Le corps humain, tel une machine d’Anticythère de chair et de sang, est complexe et mystérieux. Chacune de ses 100 milles milliards de cellules est un rouage assurant le bon fonctionnement de l’organisme. Des scientifiques de l’université de San Francisco, en Californie, ont réussi à mettre au point des molécules d’adhérence cellulaire synthétiques (ou synCAMs). Ce sont les gouttes d’huile qui permettent aux engrenages cellulaires de communiquer entre eux efficacement. Dans une étude, parue dans la revue Nature, l’équipe de chercheurs américains s’est basée sur ces molécules, présentes à l’état naturel un peu partout dans le corps, pour créer des cellules dotées de protéines de même nature. Ils peuvent en modifier la composition in vitro pour changer leurs propriétés. Cette découverte ouvre la voie à des applications futures dans le monde de la médecine régénérative.

Les CAMs comme chefs d’orchestre de l’organisation cellulaire

Les molécules CAMs sont au cœur de processus essentiels à la survie de l’organisme. Elles se retrouvent dans divers tissus et ont une grande variété de missions. Au cours du développement de l’organisme, les molécules CAMs permettent aux cellules de s’organiser et de se différencier pour former les organes, durant un processus appelé organogenèse. Elles servent de canaux permettant aux cellules de communiquer et ainsi de synchroniser leur multiplication en fonction du développement de leurs voisines. Chaque type de cellule possède des protéines CAMs associées. Certaines permettent de guider les cellules immunitaires à travers l’organisme. Celles-ci, appelées "intégrines", accrochent les globules blancs pour qu’ils puissent s’activer auprès des cellules malades. D’autres sont multifonctions comme les NCAMs, les molécules d’adhésion cellulaire des neurones. Elles servent à réguler la neurogenèse, c'est-à-dire la formation des neurones durant le développement du cerveau, mais ont aussi un rôle dans l’augmentation du nombre de lymphocytes T et a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi