#SciencesPorcs: la mise en examen pour viol d'un étudiant de Science Po Toulouse annulée

·2 min de lecture
Une vague d'indignation sous le #SciencesPorcs s'étaient fait entendre après les multiplications de témoignages dénonçant des viols et des agressions sexuelles. - Frédérick Florin
Une vague d'indignation sous le #SciencesPorcs s'étaient fait entendre après les multiplications de témoignages dénonçant des viols et des agressions sexuelles. - Frédérick Florin

L'instruction est toujours en cours mais devrait se conclure sur un non-lieu. La mise en examen d'un étudiant de Science Po Toulouse accusé de viol par l'une de ses camarades a été annulée, a appris BFMTV confirmant les informations du quotidien La Dépêche du Midi.

L'affaire avait fait grand bruit au mois de février dernier. Le 6 février, une étudiante en deuxième année avait porté plainte après avoir publié une longue lettre sur un groupe inter-étudiants sur Facebook. Elle expliquait alors avoir été violée par un autre élève de l'IEP. "Je pleurais dans tes bras et tu m'as forcée", racontait la jeune femme dans une vidéo. Des faits qui se seraient produits en 2018 lors d'une soirée d'intégration.

Un contrôle judiciaire levé cet été

Quelques jours plus tard, un étudiant en quatrième année, âgé de 22 ans, avait été placé en garde à vue puis mis en examen pour viol. Le jeune homme, qui conteste les faits, avait été laissé libre sous contrôle judiciaire. Cet été, ces diverses obligations avaient été levées par la juge d'instruction nommée dans ce dossier.

Pendant plusieurs mois, les enquêteurs ont mené de nombreuses investigations dont les conclusions ont été adressées au juge d'instruction cet été. Parmi elles, un témoignage, celui de la "confidente" de la plaignante. "Elle lui avait dit qu'elle était heureuse avec moi", explique l'étudiant mis en cause auprès de La Dépêche du Midi.

"Les informations ont été examinées à la lumière des éléments que nous avons fournis et des témoignages recueillis par les enquêteurs, explique Me Séverine Bouchaib qui, avec Me Julien Aubry, défend le jeune étudiant. La nature des relations ne correspondait pas à ce que la plaignante décrivait. Les enquêteurs aguerris ont vérifié que les relations qu'ils avaient eues ne l'étaient pas dans le cadre d'une emprise, d'une contrainte ou d'une menace."

"Il est soulagé"

Lundi, la juge d'instruction a annoncé la démise en examen du jeune homme, toujours scolarisé à Science Po Toulouse. Ce dernier est désormais placé sous le statut de témoin assisté, une situation "inédite" qui, selon ses avocats, devrait aboutir à un non-lieu. "Il est soulagé, il souhaite tourner la page, explique son avocate. Il tenait à ce que son honneur soit lavé. Mon client a été cloué au pilori, il a incarné l'étudiant agresseur qui profite d'une soirée d'intégration."

Le témoignage de la jeune fille avait en effet déclenché, en février dernier, une vague de témoignages réunis sous le hastag #SciencesPorcs. "La libération de la parole des victimes est fondamentale, insiste Me Bouchaib. Elle est très importante mais elle ne doit pas se faire au mépris d'un certain nombre de principes, à commencer par la présomption d'innocence. Il faut laisser la justice faire son travail."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles