#SciencesPorcs: Schiappa appelle les victimes à "signaler ces crimes"

Imane Lyafori
·Journaliste politique au Huffpost.
·2 min de lecture
La devanture de Sciences Po Paris le 18 avril 2018, Paris. (BERTRAND GUAY / AFP) (Photo: BERTRAND GUAY / AFP)
La devanture de Sciences Po Paris le 18 avril 2018, Paris. (BERTRAND GUAY / AFP) (Photo: BERTRAND GUAY / AFP)

VIOLENCES SEXUELLES - Il y a quatre jours, des étudiantes de Sciences Po Bordeaux dénonçaient le sexisme et les violences sexuelles au sein de leur école. Ce mardi 9 février, de nouveaux témoignages, réunis sous le mot-clé #SciencesPorcs et dénonçant des cas de viols et d’agressions, font l’effet d’une bombe au sein des instituts d’études politiques.

Tant et si bien que Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, a adressé son “plein soutien aux étudiantes victimes de viols qui dénoncent les faits courageusement via #SciencesPorcs #MeToo”.

Le hashtag #SciencesPorcs a pris de l’ampleur ces dernières heures. Parmi les témoignages accompagnés de ce mot-clé, une lettre ouverte écrite par Juliette, 20 ans, étudiante à l’IEP de Toulouse, qui déclare avoir été violée avec d’autres. “Stop à l’omerta. Parlez. On vous croit”, réclame l’étudiante à travers cette lettre où elle décrit les agissements de ses agresseurs en marge de séances de bizutage. Sont également pointés du doigt les critériums sportifs inter-IEP qui se déroulent tous les trois ans.

Une enquête préliminaire a depuis été ouverte après la plainte pour viol d’une étudiante de l’IEP de Toulouse, a indiqué ce mardi le procureur Dominique Alzeari. “La victime des agissements diffusés sur les réseaux sociaux (...) a formalisé une plainte reçue au commissariat de Toulouse à la date du 6 février 2021”, a précisé le magistrat qui a “immédiatement fait diligenter une enquê...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.