#SciencesPorcs : « L’un des moyens d’agir contre les violences sexuelles est une meilleure éducation au consentement »

Propos recueillis par Delphine Bancaud
·1 min de lecture

INTERVIEW - Ella Hamonic, cofondatrice de l’association Sexe & consentement, va à la rencontre des étudiants pour les sensibiliser au respect du désir de l’autre

Depuis plusieurs semaines, les prestigieux Instituts d’études politiques (IEP) sont touchés par une vague de témoignages d’étudiant(e)s faisant état de violences sexuelles, via le hashtag #sciencesporcs sur Twitter. Et certains établissements de l’Enseignement supérieur sont accusés de ne pas suffisamment protéger les étudiant(e) s victimes de violences sexistes et sexuelles.

Pourtant, des initiatives existent pour faire de la prévention. C’est la mission que s’est fixée l’association Sexe & consentement, qui a noué un partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et fait des actions de sensibilisation à la notion du consentement sexuel dans les universités et les grandes écoles. Pour 20 Minutes, sa cofondatrice, Ella Hamonic, explique en quoi ce travail de terrain est essentiel pour faire bouger les mentalités.

Avez-vous été surprise par l’ampleur des récentes révélations de violences sexuelles vécues par des étudiant(e) s ?

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Montpellier : Le Crous permet aux étudiant(e)s transgenres de changer leur prénom d'usage
Toulouse : Les étudiants en médecine de la « génération sacrifiée » en plein cauchemar
Coronavirus : 40 % des étudiants préfèrent-ils les cours à distance, comme l’affirme Frédérique Vidal ?
Coronavirus à Nantes : Les étudiants n'auront plus à payer plein pot leur abonnement de transport