Sciences Po de Grenoble: retour sur une polémique

·2 min de lecture
XAVIER VILA/SIPA

La direction de Sciences Po reproche au professeur d'allemand Klaus Kinzler, visé par des accusations d'islamophobie en mars dernier, d'avoir tenu récemment, dans la presse, des "propos diffamatoires". De nombreux politiques ont réagi dont le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. 

La suspension par l'IEP de Grenoble d'un de ses enseignants, visé par des accusations d'islamophobie en mars dernier, a relancé cette semaine une vive polémique autour de l'établissement et de la liberté d'expression, en pleine campagne présidentielle.

La direction de Sciences Po reproche au professeur d'allemand Klaus Kinzler d'avoir tenu récemment, dans la presse, des "propos diffamatoires" au sujet de l'affaire, appelant selon elle une réponse "de nature disciplinaire".

En réaction, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, coupe le financement de Sciences Po par la collectivité. Une décision saluée à droite et à l'extrême droite, mais décriée par les élus régionaux écologistes et socialistes.

Mercredi, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer qualifie d'"erreur formelle" la mesure prise par l'IEP contre le professeur et se dit "certain que la priorité n'est pas de sanctionner ce monsieur".

Des mails et des affiches

L'affaire commence par un échange de mails véhéments, fin 2020, entre Klaus Kinzler et une collègue historienne, au sujet d'une journée de débats organisés dans le cadre d'une "Semaine pour l'égalité et la lutte contre les discriminations", sous l'intitulé "racisme, antisémitisme et islamophobie".

Le professeur d'allemand conteste l'utilisation de ce dernier terme, pas scientifique à ses yeux, tout en exprimant ses réserves sur l'islam. "Je n'aime pas beaucoup cette religion", dit-il dans des mails publiés un temps sur son site internet, ajoutant qu'elle lui fait parfois "franchement" peur, "comme elle fait peur à beaucoup de Français".

L'enseignant reconnaît ensuite dans un mail d'excuses s'être "par moments laissé emporter". Mais le climat s'envenime. Le 4 mars,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles