Sciences Po Grenoble: les propos d'un professeur étaient "extrêmement problématiques"

·1 min de lecture

Les propos d'un des deux professeurs accusé d'islamophobie à Sciences Po Grenoble étaient "extrêmement problématiques", a estimé mercredi dans un entretien à l'AFP la directrice de l'établissement, qui "condamne très clairement" les affiches dont les deux enseignants ont fait l'objet.

La vie des deux enseignants "en danger"

L'Institut d'études politiques (IEP) est en proie à un vif conflit depuis l'affichage, jeudi 4 mars, des noms de deux professeurs accusés d'islamophobie, des "injures" pour lesquelles une enquête judiciaire a été ouverte sur signalement de l'établissement. "Ces affiches mettent en danger non seulement la vie des deux collègues", a expliqué mercredi à l'AFP Sabine Saurugger, la directrice de l'IEP, "mais également l'ensemble des communautés étudiantes, enseignantes, personnel administratif".

À l'origine de ces accusations notamment, un échange de mails véhément sur la notion d'islamophobie, en novembre et décembre dernier, entre un professeur d'allemand, dont le nom a été mentionné sur les affiches, et une historienne. Ce professeur d'allemand écrit notamment, dans des extraits qu'il a lui-même publié un temps sur son site internet, qu'il "n'aime pas beaucoup cette religion" qui lui fait parfois "franchement peur" "comme elle fait peur à beaucoup de Français".

 

>> LIRE AUSSI -Polémique à l'IEP Grenoble : pour Frédérique Vidal, "les syndicats étudiants doivent s'interroger sur leurs valeurs"

"Un ton extrêmement problématique"

Il y conteste la présence d...


Lire la suite sur Europe1