Sciences Po Grenoble : la directrice évoque les propos « problématiques » d’un professeur

Source AFP
·1 min de lecture
« Je pense qu'il y a un ton qui est extrêmement problématique dans ses propos, avec des idées qui sont développées parfois un peu rapidement », a expliqué Sabine Saurugger.
« Je pense qu'il y a un ton qui est extrêmement problématique dans ses propos, avec des idées qui sont développées parfois un peu rapidement », a expliqué Sabine Saurugger.

La directrice de Sciences Po Grenoble a qualifié les propos d'un des deux professeurs accusés d'islamophobie d'« extrêmement problématiques ». Dans un entretien à l'Agence France-Presse accordé mercredi 10 mars 2021, elle assure néanmoins « condamne[r] très clairement » les affiches dont les deux enseignants ont fait l'objet. L'Institut d'études politiques (IEP) est en proie à un vif conflit depuis l'affichage, jeudi 4 mars, des noms de deux professeurs accusés d'islamophobie, des « injures » pour lesquelles une enquête judiciaire a été ouverte sur signalement de l'établissement. « Ces affiches mettent en danger non seulement la vie des deux collègues », a expliqué Sabine Saurugger, « mais également l'ensemble des communautés étudiantes, enseignantes, personnel administratif ».

À l'origine de ces accusations notamment, un échange de mails véhément sur la notion d'islamophobie, en novembre et décembre 2020, entre un professeur d'allemand, dont le nom a été mentionné sur les affiches, et une historienne. Ce professeur d'allemand écrit notamment, dans des extraits qu'il a lui-même publiés un temps sur son site Internet, qu'il « n'aime pas beaucoup cette religion » qui lui fait parfois « franchement peur » « comme elle fait peur à beaucoup de Français ». Il y conteste la présence du mot islamophobie dans un groupe de travail intitulé « racisme, islamophobie, antisémitisme », voyant dans cette notion la « persécution (imaginaire) des extrémistes musulmans (et au [...] Lire la suite