Science. Le réchauffement climatique, un danger pour les grossesses

The New York Times (New York)

Selon une étude publiée jeudi 18 juin, les femmes enceintes exposées à des hautes températures ou à la pollution sont davantage susceptibles de donner vie à des bébés prématurés, en sous-poids ou mort-nés.  

C’est une étude surprenante, publiée sur le journal de l’Association médicale américaine. Comme l’explique The New York Times, “Ses auteurs se sont appuyés sur 57 études publiées depuis 2007 qui ont révélé une relation entre la chaleur ou la pollution de l’air et les naissances aux États-Unis”.

Au total, détaille le quotidien américain, les chercheurs ont analysé 32,8 millions de naissances. Un travail titanesque qui a permis de trouver des corrélations surprenantes entre le climat et des problèmes liés aux nouveau-nés.

“Les hautes températures augmentent le risque de naissances prématurées de 8,6 à 21 %”

Ainsi, on apprend que “les hautes températures augmentent le risque de naissances prématurées de 8,6 à 21 %”, mais également que, “les bébés en sous-poids sont plus fréquents au fur et à mesure que les températures deviennent plus chaudes”. Enfin, selon la recherche publiée par l’Association médicale américaine :

Chaque augmentation de température de 1 degré Celsius au cours de la semaine précédant l’accouchement correspond à une probabilité d’avoir un enfant mort-né de 6 % plus élevé entre mai et septembre.”

Société. Aux États-Unis, une série d’attaques par des véhicules fonçant sur les manifestants

En plus des questions liées à la montée des températures, l’étude relayée par le New York Times

[...] Lire la suite sur Courrier international

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi :