Science décalée : pour retrouver un cadavre, suivez la couleur des feuilles !

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Les affaires criminelles où les victimes sont soigneusement enterrées dans une forêt pullulent dans les rubriques Faits divers des journaux. En mai 2019, le corps d’un homme de 26 ans avait, par exemple, été retrouvé dans un bois près d’Andalou, dans le Bas-Rhin, sur les indications du suspect. Mais, en l’absence d’aveu et d’idée précise sur l’emplacement du corps, la recherche peut s’avérer longue et laborieuse. Des scientifiques de l’université du Tennessee (États-Unis) ont découvert un nouvel outil à destination de la police scientifique : la botanique. Dans un article publié dans Trends in Plant Science, Neal Stewart et ses collègues affirment qu’il est possible de détecter les cadavres en examinant la couleur des feuilles des arbres. Encore mieux : ces changements subtils seraient repérables depuis le ciel par drone.

Une « overdose » d’azote

Le premier indice est celui engendré par la décomposition du corps. Un cadavre humain contient environ 2,6 kg de composés azotés, de quoi apporter une grande quantité de fertilisant aux plantes qui vont alors produire davantage de chlorophylle. « Si l'on considère une surface de décomposition d’environ 3 m2, la quantité d'azote ajoutée à la rhizosphère est environ 50 fois supérieure au taux d'engrais azotés saisonnier recommandé pour les arbres et arbustes dans les zones tempérées des États-Unis », détaille l’étude. Le problème, c’est que les cadavres d’animaux en décomposition produisent le même effet reconnait Neal Stewart, surtout pour les gros mammifères comme les cerfs ou les daims. Mais les cadavres humains sont généralement enterrés plus profond, ce qui modifie la disponibilité des nutriments. Selon la rapidité de décomposition, on observe ainsi un changement de couleur et de réflectance des feuilles.

Comment détecter un cadavre grâce aux plantes. © Trends in Plant Science, traduction et adaptation C.D pour Futura
Comment détecter un cadavre grâce aux plantes. © Trends in Plant Science, traduction et adaptation C.D pour Futura

Gros fumeurs et vêtements synthétiques

Une autre piste possible est de détecter des composés chimiques...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura