Science décalée : comment réduire de 66 % les crottes de votre chien

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Si la corvée du ramassage des crottes de chien vous pèse, voici comment réduire de moitié votre travail : mettez de la nourriture humaine dans sa gamelle. Par praticité et souvent sur les conseils de leur vétérinaire, la plupart des propriétaires de chiens optent pourtant pour des croquettes industrielles. Selon une étude de Packaged Facts, 88 % des propriétaires nourrissent ainsi leur chien ou leur chat avec des croquettes déshydratées. Il faut dire que les industriels ont de bons arguments à faire valoir : les croquettes contiennent tous les nutriments dont le chien a besoin, elles sont faciles à trouver, souvent moins chères que les aliments frais et peuvent même proposer des compositions différentes selon les besoins des animaux. Mais elles présentent aussi plusieurs inconvénients : comme elles sont déshydratées, elles peuvent engendrer des problèmes rénaux à long terme, et leur qualité est assez inégale.

Jusqu’à 2,9 fois plus d’excréments

Des chercheurs de l’université de l’Illinois viennent de mettre le doigt sur un autre inconvénient majeur de cette nourriture industrielle : elle augmente le volume des excréments. Dans une étude parue dans le Journal of Animal Science, Kelly Swanson et ses collègues ont nourri 12 chiens en alternant quatre types de régime tous les 28 jours : des croquettes sèches, des aliments industriels frais et deux régimes à base de nourriture humaine (bœuf, carottes, poulet, brocolis, riz…). Les croquettes étant beaucoup moins bien digérées, les chercheurs ont constaté que les chiens nourris avec ces aliments doivent manger beaucoup plus et produisent donc entre 1,5 et 2,9 fois plus de crottes qu’avec les pâtées industrielles et 2 à 2,9 fois plus qu’avec la nourriture humaine.

La nourriture fraîche de qualité humaine est bien mieux assimilée par le chien. © Lilli, Adobe Stock
La nourriture fraîche de qualité humaine est bien mieux assimilée par le chien. © Lilli, Adobe Stock

Une question de microbiote

Le volume d’excréments n’est pas qu’une question de quantité de nourriture : il est aussi fortement lié au microbiote. « Les communautés...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura