Science décalée : les hippopotames de Pablo Escobar ont-ils provoqué une catastrophe écologique ?

Céline Deluzarche, Journaliste

Pablo Escobar, le plus célèbre trafiquant de drogue au monde, est abattu par la police sur un toit de Medellìn lors d’une opération spéciale le 2 décembre 1993. À sa mort, les autorités colombiennes s’emparent de sa luxueuse propriété, l'Hacienda Nápoles, située à 150 km à l'est de Medellin. Le ranch de 20 km2 comporte notamment un immense zoo avec toutes sortes d'animaux des différents continents : girafes, autruches, éléphants, chameaux, antilopes rares, oiseaux exotiques et… quatre hippopotames venus d’Afrique que, semble-t-il, Pablo Escobar affectionnait tout particulièrement. La plupart des animaux sont alors éparpillés dans différents zoos, mais le cas des hippopotames divise. Il est finalement décidé de les laisser sur place dans une tentative de « réintroduction » d’animaux sauvages — bien qu’il n’existe alors aucun hippopotame à l’état sauvage en Amérique du Sud.

L’ancienne propriété de Pablo Escobar, l’Hacienda Nápoles, a été transformée en parc d’attraction. © Paula Funnell, Flickr

Des hippopotames en augmentation exponentielle

Quelque 23 ans plus plus tard, les quatre hippopotames (trois femelles et un mâle) ont pris la poudre d’escampette et il s'en dénombre désormais entre 80 et 100, pataugeant dans les cours d’eau et les lacs aux alentours, selon un décompte de Jonathan Shurin, un écologiste de l’université de San Diego, qui a mené une étude sur ce sujet (publiée dans la revue Ecology).

D’ici quelques dizaines d’années, ils pourraient y en avoir plusieurs milliers

Et la population est en augmentation exponentielle : « D’ici quelques dizaines d’années, ils pourraient y en avoir plusieurs milliers », alerte le scientifique dans le National Geographic. Il faut dire que les animaux jouissent dans la région de conditions idylliques : les rivières méandreuses s’écoulent lentement et ne connaissent pas de sécheresse comme en Afrique. Ils disposent d’un véritable garde-manger avec les champs de céréales et les herbes grasses des pâturages des ranchs aux...

> Lire la suite sur Futura