La science confirme : le cerveau des adolescents est "programmé" pour ignorer la voix de leurs parents dès l'âge de 13 ans

La science des jeunes cerveaux

Depuis plusieurs années, une équipe de l'Université de Stanford étudie ce qui se passe dans le cerveau des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. Bien que le développement ait été l'un des sujets de prédilection des psychologues, des neurologues et des éducateurs, la vérité est que jusqu'à récemment, nous n'avions pas les technologies suffisantes pour étudier les détails de cet ouragan que nous appelons l'adolescence.

L'équipe a sélectionné un panel de 46 garçons et filles âgés de 7 à 16 ans qui devaient subir divers tests médicaux. L'idée était de profiter de ces tests pour leur passer des enregistrements vocaux (à la fois de leurs mères et de femmes inconnues) et voir ce qu'il advenait de leur activité cérébrale. Les résultats sont curieux : alors que les enfants de moins de 12 ans montraient une réponse neuronale très intense dans les "centres" liés au traitement des émotions lorsqu'ils écoutaient la voix de leur mère, à partir de 13 ans la situation a changé.

>> Le secret de la jeunesse éternelle enfin révélé... grâce aux tortues <<

C'est l'âge moyen auquel la voix de la mère a cessé de produire de telles réactions neurologiques, et les données ont indiqué que les sujets de l'étude sont devenus plus réceptifs aux voix auparavant inconnues. "L'adolescent n'est pas tout à fait conscient qu'il le fait. Il est simplement lui-même : il a des amis et de nouvelles connaissances et veut...

Lire la suite


À lire aussi

Ignore no more : l'appli qui oblige les enfants à appeler leurs parents
Charli D'Amelio, Dixie D'amelio et leurs parents annoncent leur émission de télé-réalité !
A 77 ans, elle gâte les jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles pour Noël

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles