Schulz formellement investi à la présidence du SPD en Allemagne

par Michelle Martin
Martin Schulz a été formellement investi, dimanche lors d'un congrès extraordinaire, comme président du Parti social-démocrate allemand (SPD) et candidat du SPD à la chancellerie allemande pour les élections législatives du 24 septembre. /Photo prise le 19 mars 2017/REUTERS/Axel Schmidt

par Michelle Martin

BERLIN (Reuters) - Martin Schulz a été formellement investi, dimanche lors d'un congrès extraordinaire, comme président du Parti social-démocrate allemand (SPD) et candidat du SPD à la chancellerie allemande pour les élections législatives du 24 septembre.

Sa candidature avait été approuvée fin janvier par la direction du SPD, après le désistement de Sigmar Gabriel.

La nomination de l'ancien président du Parlement européen, âgé de 61 ans, a donné un nouvel élan au SPD, qui fait désormais jeu égal avec les conservateurs du bloc CDU-CSU d'Angela Merkel dans les sondages et enregistre des milliers de nouveaux adhérents.

"Le SPD est de retour! Nous sommes de retour!" a lancé Martin Schulz lors du congrès de son parti réuni à Berlin, avant d'être élu à la tête du SPD à l'unanimité des 605 délégués présents. Les délégués ont également approuvé à main levée sa candidature à la chancellerie.

"Nous voulons que le SPD soit la force politique la plus forte à l'issue des élections fédérales afin d'obtenir le mandat de rendre ce pays meilleur et plus juste et de donner au peuple de ce pays le respect qu'il mérite. Je veux, chers camarades, être le prochain chancelier allemand", a déclaré Martin Schulz.

Le dernier sondage en date en vue des élections donne une légère avance au bloc CDU-CSU mais montre aussi que le SPD serait en mesure de former une coalition gouvernementale en s'alliant avec les Verts et le parti de gauche Die Linke.

Dans son discours, le nouveau chef du SPD, qui axe sa campagne sur la justice sociale, a renouvelé ses appels en faveur de l'éducation gratuite, de l'investissement dans les crèches et les écoles ou les programmes de formation pour les chômeurs.

Il s'est également prononcé pour la réduction de l'écart de salaires "intolérable" entre l'est et l'ouest de l'Allemagne.

L'ancien maire de Würselen, une petite ville proche de la frontière néerlandaise, a rappelé ses débuts modestes, cinquième enfant d'un policier et d'une femme au foyer, "des gens simples et très respectables", a-t-il dit.

Il s'est souvenu d'avoir été "paresseux" à l'école, où il ne pensait qu'à jouer au football, avant de quitter le système scolaire puis de bénéficier d'une deuxième chance. Il a reçu une formation de libraire et ouvert une librairie avant de devenir député au Parlement européen dans les années 1990.

(Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages